Santé › Actualité

Cameroun: Lutte contre le choléra, la région de l’Adamaoua en état d’alerte!

Les autorités de l’Adamaoua ont pris des mesures nécessaires pour contrecarrer une attaque probable des populations

La tristement célèbre épidémie de choléra qui a mis la partie septentrionale du pays sous les feux des projecteurs s’est répandue comme une trainée de poudre avec à la clé 263 morts selon les chiffres officiels. Une épidémie de choléra est toujours très redoutable du fait qu’elle peut décimer toute une population. Et pourtant, un simple accès à l’eau potable, à des latrines dignes de ce nom et une éducation des populations au respect des règles élémentaires d’hygiène permettraient de l’éviter. Et c’est sans doute la raison pour laquelle le gouverneur de la région de l’Adamaoua a procédé ce lundi 23 août 2010 à la réactivation des cellules de lutte contre le choléra qui n’est qu’à un pas des portes de la région dont il a la charge.

Causée par un microbe appelé vibrion cholérique, le choléra se transmet facilement par l’absorption d’eau ou d’aliments ayant connus une contamination fécale. Cela est d’autant plus facile dans la région septentrionale du pays si l’on s’en tient aux conditions de vie, à la situation géographique ainsi qu’aux habitudes culturelles des populations de cette partie du pays: ablutions avec des récipients communs, absence des toilettes et d’eau potable dans la plupart des contrées, proximité des pays frontaliers comme le Tchad, le Nigéria ou la Centrafrique… A cela, il faut ajouter les habitudes alimentaires, notamment le fait de manger dans une même assiette avec des personnes ayant les mains souillées qui est un puissant vecteur de contamination.
Cette pathologie est surtout marquée par une période d’incubation de très courte durée et qui est même souvent réduite à quelques heures. C’est ainsi que le choléra peut très facilement causer en quelques heures le décès d’un adulte bien portant. Ceci est dû au fait qu’il provoque chez la personne infectée une diarrhée brutale et très abondante à l’origine d’une déshydratation rapide associée à une insuffisance rénale majeure et à des désordres métaboliques préjudiciables. Le traitement efficace repose essentiellement sur la réhydratation précoce par l’administration des sels de réhydratation orale. Ainsi, plus de 90% des personnes infectées par le choléra pourront facilement être traitées. Dans les zones infectées où ce traitement fait défaut, le taux de mortalité peut s’élever à plus de 50%, soit une victime sur deux qui succomberait en quelques heures. Au rang des grandes mesures à prendre, les populations devraient surtout éviter de voyager vers des zones infectées jusqu’à ce que l’épidémie soit totalement déclarée endiguée.

L’eau souillée, cause du choléra
googles-images)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut