Société › Société

Cameroun: Marché Mvog Mbi, les commerçants envahissent la route

Ce marché de la capitale attire du beau monde et crée des embouteillages

On distingue plusieurs marchés à Yaoundé la capitale Camerounaise. Mais chacun de ces marchés a sa spécificité. C’est le cas du Marché de Mvog Mbi où l’on retrouve pratiquement toutes sortes de produits alimentaires. Normal donc que ce marché puisse ainsi attirer du beau monde. Ici les ménagères peuvent acheter à de prix discutables, des huiles végétales, de la tomate, des oignons, du poisson fumé, du plantain, les arachides du riz etc. Dans ce marché qui envahit presque le grand carrefour Mvog Mbi situé sur l’axe principal qu’empreinte généralement le chef de l’Etat, lors des ses sorties privées ou officielles hors du pays ou encore dans son village Mvomeka situé au sud du Pays. C’est également cet taxe qui mène à l’aéroport international de Yaoundé. Même le poste de Police construit à cet endroit doit faire face à l’avancée inquiétante du marché vers la route principale. Si certaines vendeuses de poisson d’eau douce, des chenilles et de la viande de brousse ont occupé une bonne partie de la route qui part du carrefour Mvog Mbi vers le carrefour Olézoa, sur la route qui mène vers l’ambassade de France à Yaoundé, d’autres commerçants eux n’ont pas hésité d’étaler leurs marchandises à même le sol. Ici on peut trouver du miel pur vendu dans de petites bouteilles, à divers prix (300FCFA, 400FCFA ou 500FCFA).D’autres vendeurs font des affaires avec la vente des babouches des chaussures, surtout chinoises, et divers articles de femmes.

marché Mvog Mbi de Yaoundé

Journalducameroun.com)/n

A cet endroit, l’embouteillage est récurent à toute heure. Les véhicules, les commerçants et les piétons se disputent la chaussée puisque les trottoirs sont pratiquement envahis par les vendeuses. La circulation est donc difficile à cet endroit. Et le mutisme des autorités municipales suscite des interrogations. Selon un commerçant la communauté urbaine nous demande d’aller vendre là-bas au fond, mais qui peut venir là-bas ? Les clients qui rentrent chez eux, passent ici en haut. Donc nous sommes obligés de venir attaquer ici.Avec le retour des pluies depuis quelques jours à Yaoundé, les piétons doivent faire face à la boue et aux déchets de toutes sortes conduits par les eaux de pluie ou jetés par les vendeurs. La communauté urbaine, on se souvient, dans le cadre du processus d’assainissement de la ville de Yaoundé, avait entrepris des Casses dans ce secteur .Les commerçants avaient alors été priés de s’éloigner de la chaussée, du trottoir et d’observez une bonne distance avec la route principale. Mais après le passage des éléments de Gilbert Tsimi Evouna, Délégué du Gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Yaoundé, les commerçants ont à nouveau envahis la route. Même les vendeurs des vêtements surtout les sous- vêtements des femmes, ont installé leur  » comptoirs  » en pleine chaussée. La Communauté Urbaine de Yaoundé(CUY) a donc fort à faire avec ces commerçants récalcitrants qui ternissent l’image de marque de la ville aux sept collines.L’envahissement de la chaussée par des commerçants et autres vendeurs ambulants, devient à nouveau récurent. A la poste centrale , au lieu Montée SNI, ou devant la Cathédrale de Yaoundé les commerçants ont à nouveau repris du service à ces endroits pourtant interdits aux activités commerciales par le patron de la CUY. Un véritable bras de fer en somme entre les autorités communales et les  » débrouillards  » de Yaoundé.

commerçants sur la chaussée

Journalducameroun.com)/n

À LA UNE
Retour en haut