Politique › Sécurité

Cameroun – massacre à Babanki : le gouvernement ne compte que deux morts

René Emmanuel Sadi, Mincom

Dans un communiqué publié le  02 mars 2020, le ministre de la Communication relate ce qui s’est passé le 28 février dans la région du Nord-Ouest.

Le communiqué du ministre de la Communication dément les informations alléguant qu’il y a eu 15 morts,   et  fait le point des événements survenus dans la nuit du 28 au 29 février 2020 à Small Babanki, département de la Mezam. René Emmanuel Sadi affirme que  seulement deux personnes ont perdu la vie lors de l’attaque contre les forces de défense et de sécurité.

A en croire le ministre, les deux morts sont un soldat de 2e classe et un technicien civil du chantier. Le porte-parole du gouvernement indique qu’il y a eu  trois blessés dans les rangs des forces de défense et de sécurité, cinq otages civils enlevés pas des sécessionnistes et des biens incendiés ou emportés.

Il explique que tout est parti du 25 février 2020 quand des individus lourdement armés ont attaqué en pleine  matinée  le chantier de construction du poste de commandement de la 5e région militaire interarmées à Bamenda.

Ainsi, les forces de défense et de sécurité ont initié une opération de ratissage dans la nuit du 28 au 29 février 2020 à Small Babanki. Opération qui fera découvrir une base des sécessionnistes  dans l’enceinte d’une école. Le ministre ajoute qu’au terme des affrontements entre l’armée et ces séparatistes, un otage libéré a été libéré et une importante quantité de matériels de guerre saisie.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé