Politique › Judiciaire

Cameroun-Massacre de Ngarbuh : ouverture du procès le 17 décembre à Yaoundé

Des militaires en patrouille dans les zones anglophones (photo d'archives).

L’enquête confiée au juge d’instruction du Tribunal militaire est bouclée et les charges signifiées aux inculpés.

Le procès des militaires impliqués dans le massacre de Ngarbuh va s’ouvrir le 17 décembre 2020 au Tribunal militaire Yaoundé. C’est ce que renseigne l’audience criminelle du Tribunal militaire prévue ce jour-là.

Trois soldats avaient été inculpés pour leur participation présumée à une opération militaire au cours de laquelle dix enfants et trois femmes ont été tués à Ngarbuh, un petit village dans la région du Nord-ouest du Cameroun.

Après avoir défendu un incendie involontaire, le gouvernement avait reconnu – sous la pression de la France notamment –  la responsabilité directe de l’armée dans ce drame. C’était en avril. Trois militaires, dont deux soldats de rang et un sergent, vont être tenus pour responsable de ce drame qui avait provoqué grand émoi à travers le pays.

En juin, le porte-parole du ministère de la Défense révèle que lesdits militaires ont été inculpés d’ « assassinats », de « violation de consignes » et de « destruction et d’incendie ».  Ils seront à la barre dès décembre.

D’après des sources, les 18 civils impliqués dans cette opération aux côté des militaires sont toujours en fuite.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé