Personnalités › Jeunes talents

Cameroun : Mathematik de Petit Pays de nouveau dans les bacs avec

Après un album qui a marché, une belle tournée, il revient avec un album qu’il qualifie de consécration. Entretien.

Parlez nous de votre nouvel album « Soudée » dans les bacs depuis lundi 21 septembre
L’album Soudée est un album de confirmation où j’ai mis tout mon savoir-faire. Mon 1er disque « tromper tromper » était un succès dans le monde entier et m’a permis de beaucoup voyager. Je reviens donc avec « Soudée », un album varié, produit par Ekila Music.

Vous ne vous déclarez pas avocat défenseur des femmes comme Petit Pays mais les femmes, vous en parlez beaucoup dans votre album. Quand on fait une revue des titres de « Soudée » on a « Femmes », « Jalousie », « Rosine », « Tromper ».
Je suis quand même le fils de l’avocat défenseur des femmes donc je dois de temps en temps parler de la femme qui est la mère de l’humanité. La femme est formidable.

C’est donc un peu l’influence du maître ?
Non pas du tout parce que moi j’exprime ce que je vis et ce que je vois au quotidien, je parle de tout, pas que de la femme.

Quels sont vos rapports avec Petit Pays ?
On a de très bonnes relations, il me prodigue beaucoup de conseils et m’ouvre beaucoup de portes. Il me permet de mieux m’envoler et de mieux fonctionner dans ce métier qui n’est pas facile. Il me fait confiance aussi. Quand il a un spectacle, j’oublie que je suis l’artiste Mathématik, je suis derrière lui je porte une tenue comme tout le reste du membre du groupe, je suis sans visa.

Vous avez été Révélation de l’année au Cameroun en 2008, avec « tromper tromper ». 2 ans plus tard vous étiez au Zénith de Paris pour la 1ère fois où des Camerounais s’y produisaient. Peut on parler de consécration ?
Ah oui je dis merci au Seigneur parce que j’étais le plus jeune du zénith et j’ai joué avec tous les grandes gloires du pays; çà c’est bien passé le public a aimé.

Comment en êtes vous arrivez là ?
J’ai été coaché par un grand frère qu’on appelle Lucien Ntamack, qui aime bien ce que je fais et il a trouvé que j’étais capable de tenter le coup sur ce plateau et la production de Armand Louis, Maan Assistance m’a fait confiance. Après le Zénith, nous sommes allés partout: J’étais à Vienne, à Bruxelles, à Mulhouse, au Mans à Niort. On a fait une grande tournée après le Zénith.

Qui est mathématik ?
C’est un africain camerounais issu d’une famille chrétienne . je suis originaire du mbam donc je suis bafia. J’ai la crainte du Seigneur car je sais que Dieu existe et tous les matins je mets les genoux au sol pour le glorifier et pour le remercier.

Marié ?
Mathématik n’est pas marié.

Enfant ?
Mathématik a un enfant qui s’appelle Francesca Bébé chérie que j’aime beaucoup et qui a eu un an le 8 août. Elle est au pays.

Et vous êtes à la recherche de l’âme s ur?
Euh…

Que faites-vous en dehors de la musique ?
Pour l’instant je ne vis que de la musique grâce aux gens qui aiment ce que je fais. Ce n’est pas facile de joindre les 2 bouts, il faut investir ailleurs pour mieux gagner.

Et là vous installés en France, vous êtes au Cameroun ?
Depuis 2 ans, depuis la sortie de mon disque je suis entre 2 avions, je fais 2 mois au Cameroun un mois en Europe ou l’inverse.

Quelle est la femme que vous aimé le plus, qui vous aura le plus marqué?
Ma mère, dès ma naissance, son éducation, je ne sais pas, les mots me manquent, j’aime beaucoup ma maman.

Mathématik, à Paris
Journalducameroun.com)/n

Vous estimez-vous chanceux ?
Un petit peu mais il y a aussi beaucoup de travail. Je demande aux jeunes comme moi de ne pas rester assis en attendant la chance. Ils doivent travailler et Dieu les guidera, je pense que le Seigneur a ouvert les portes parce qu’il a trouvé que j’étais déjà prêt. Mais la chance joue aussi car il y a eu de grands chanteurs qui sont morts sans pouvoir jouer au Zénith de Paris.

Parlez nous de votre expérience avec les ans visas. ça fait combien de temps que vous êtes avec Petit Pays
Cela fait 9 ans que je suis avec eux. J’ai été déniché par un grand frère à Yaoundé qui était mon chef d’orchestre. La 1ère dame avait organisé un spectacle pour les enfants de la rue et c’est comme ça qu’après m’avoir écouté chanté, Petit Pays m’a appelé en 2000, à cette époque j’allais à l’école et je faisais de la musique en même temps. J’ai également joué au football, j’ai joué avec Etoo mais le génie de la musique a dépassé celui du football.

Vous continuez tout de même à jouer avec Petit Pays de temps en temps…
Effectivement. S’il a un spectacle aujourd’hui je me dois d’y être parce que c’est mon père. Je vais taire les rumeurs des gens qui disent qu’il est égoïste je dis non. Si on a un spectacle tous les deux le même jour, il va me libérer. Nous sommes 38 dans le groupe des sans visas. C’est nous qui avons besoin de lui. L’homme a créé son image, l’homme a créé son chemin, une voie que nous sommes en train de suivre.

Ce n’est pas évident d’être croyant quand on est chanteur. Si?
Comme je vous le disais je suis issu d’une famille chrétienne protestante et donc je suis croyant.

Avant la musique qu’est-ce que vous faisiez ?
Avant la musique j’allais à l’école. Mais lorsqu’il m’arrivait d’interpréter des musiciens, je le faisais avec les tubes de Petit Pays. On m’appelait donc le turbo!

Quel est votre rêve le plus fou aujourd’hui ?
De pouvoir aider les jeunes comme on m’a aidé. Avoir le potentiel et les moyens de les aider.

Et qu’est-ce qu’on peut vous souhaiter de bien ?
Trouver une femme sérieuse qui me fera de beaux enfants. Si c’est cette dame (la mère de son enfant, ndlr) que Dieu a choisit, qu’il me le fasse savoir.

Qu’est-ce que vous aimez manger ?
J’adore manger un plat de chez moi: Le couscous avec le bikosso, les feuilles de légumes et la viande.

Pochette nouvel album
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut