› Politique

Cameroun : Maurice Kamto raconte sa rencontre avec l’ambassadeur des Etats-Unis

Cette rencontre polémique avait réuni le diplomate américain et les acteurs politiques, la société civile et le clergé.

Le président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) est revenu, pour la première fois, sur la rencontre que l’ambassadeur des Etats-Unis a récemment organisé avec des acteurs politiques, de la société civile et du clergé. Ce meeting, qui a notamment vu la participation du cardinal Christian Tumi, de l’activiste Agbor Balla, des candidats déclarés à la prochaine présidentielle 2018 Maurice Kamto, Akere Muna et Joshua Osih, avait suscité une controverse au sein d’une partie de l’opinion publique nationale.

Des rumeurs ayant circulé après cette rencontre laissaient croire, en effet, que les leaders de l’opposition présents avaient demandé une intervention américaine au Cameroun, en raison de la crise anglophone. C’est ainsi que dans sa une du 18 au 20 juin, le trihebdomadaire L’Anedocte affirmait qu’«en demandant aux membres du congrès américain [via l’ambassadeur Peter Henry Barlerin, Ndlr] de contrecarrer le président Paul Biya, Akere Muna, Maurice Kamto et Joshua Osih ont trahi la démocratie, le peuple, les institutions qui fondent la souveraineté du Cameroun». Pour ce journal, la présence de ces acteurs politiques à l’invitation du diplomate américain les disqualifierait d’office pour la course à la présidentielle.

Des accusations que Maurice Kamto balaie aujourd’hui d’un revers de la main. «C’est absolument étonnant les commentaires que j’entends çà et là, car il y avait un représentant du gouvernement en place à cette réunion. Probablement, sa double casquette de ministre du Travail et secrétaire général adjoint du Rdpc, le parti qui dirige le pays, ne vous a pas échappé. Vraiment, si ce sont les partisans du parti au pouvoir qui s’indignent de ma présence à cette rencontre, c’est que c’est l’hôpital qui se fout de la charité».

Le président du MRC, qui s’est exprimé dans le webzine Diaf Tv, est également revenu sur les raisons de sa présence à cette réunion, ainsi que sur le contenu des échanges avec l’ambassadeur américain. «J’y suis allé, comme on m’a déjà invité dans de nombreuses ambassades (…) Si on m’invite dans une ambassade, j’y vais volontiers, car ce sont des représentations de pays qui sont dans des relations diplomatiques et de coopération avec notre pays… J’aspire à diriger le Cameroun, c’est donc normal que même par pure courtoisie diplomatique, je m’y rende», a-t-il affirmé.

Il poursuit : «Nous avons simplement échangé sur la situation [de la crise anglophone, Ndlr] et la question était de savoir qu’est-ce qu’il faut faire, vous-mêmes qu’est-ce que vous proposez pour régler cette crise, pour sortir de la crise qui mine votre pays. Il n’y avait rien de particulier et je pense que s’il y avait quelque chose de secret, le gouvernement aurait été au courant (…) à aucun moment, je n’ai entendu l’ambassadeur des Etats-Unis, qui a d’ailleurs très peu parlé, proposer des solutions, c’était tout».

Maurice Kamto a conclu son intervention en évoquant les solutions qui lui semblent idoines pour sortir de la crise. «Il faut que les plus modérés essaient de s’asseoir ensemble, par rapport aux radicaux des deux bords».

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé