Culture › Musique

Cameroun : mélodies discordantes entre Koppo et Richard Bona

Le rappeur camerounais dans une publication le 12 juillet dernier a invité Trace Mboa à arrêter de diffuser les musiques du chanteur de Jazz sous le prétexte qu’il n’est pas Camerounais. Richard Bona n’a pas tardé à réagir.

 

Trace Mboa est l’une des déclinaisons du groupe Trace qui propose des chaînes de diffusion de musiques. Il y a par exemple Trace Africa qui met en avant uniquement des sons chantés par des africains ou encore Trace gospel qui ne diffuse que des musiques chrétiennes.

 

Récemment, le groupe a mis sur pied Trace Mboa pour la diffusion des hits camerounais. La chaîne qui émet déjà, a dans sa playlist, des sons de Richard Bona. Quelque chose qui n’est pas du goût du rappeur, Koppo. L’auteur de Si tu vois ma go, est monté au créneau pour demander l’arrêt de la diffusion des musiques de Richard Bona. Pour lui, Richard Bona n’est pas Camerounais et il n’y a donc aucune raison que ce dernier voit ses musiques être jouées sur Trace Mboa.

Les arguments en faveur de Koppo font état de ce que Richard Bona a déchiré son passeport camerounais, et aurait ainsi renié sa nationalité. Koppo demande donc que ses clips soient diffusés sur Trace Ashanti en référence au Ghana dont Richard Bona détient un passeport.

 

Richard Bona explique que s’il a déchiré son passeport camerounais, c’est parce-que l’Etat lui a fait comprendre qu’il n’est pas camerounais. Il indique notamment sur sa page facebook qu’il est né au Cameroun. Et que, ce n’est pas de sa faute, si lorsqu’il se rend à l’ambassade pour demander le visa pour le Cameroun, il est informé que son nom est sur la liste de ceux interdit d’entrer dans le territoire camerounais. Pour lui, Koppo serait un petit serviteur du gouvernement qui pourtant, ne lui a jamais donné un statut. Il considère que beaucoup pensent que c’est en s’opposant à Richard Bona qu’on est bien vu par le pouvoir, « l’opposition à Richard Bona rend populaire » explique le chanteur de Jazz.

 

Et il poursuit, « si ça te dérange qu’on fasse jouer ma musique, alors, compose la tienne qu’on la joue. Ma musique est jouée en Afrique du Sud et je ne suis pas Sud-Africain. Va donc leur demander de ne plus jouer ma musique » affirme Richard Bona.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé