Société › Faits divers

Cameroun : il meurt électrocuté à Garoua

©Droits réservés

Elie Rede est une énième victime des fils électriques qui traînent à même le sol

En fin d’après-midi, le 27 avril dernier, il pleut des cordes dans la ville de Garoua (région du Nord). Elie Rede est attendu à un événement familial. Un de ses neveux a perdu son épouse, et c’est lui qui a été désigné pour aller négocier avec les parents de la défunte, afin que ceux-ci acceptent de remettre la dépouille au veuf pour qu’il organise des obsèques. Elie a loué une ambulance à cet effet et s’est fait accompagner de sept de ses proches.

Alors que la famille est en chemin, l’orage se fait beaucoup plus violent. Un poteau tombe soudain devant  l’ambulance conduite par Souley Bouba. Tandis que celui-ci tente une manœuvre pour reculer, un autre poteau s’effondre derrière le véhicule, qui se retrouve coincé. Paniqués, les passagers veulent sortir. Souley Bouba les prévient que l’eau de pluie qui ruisselle autour de la voiture transporte de l’électricité, sûrement à cause des câbles électriques qui traînent.

Elie  Rede, assis à l’arrière de l’ambulance, s’entête et sort du véhicule.  Il est tout de suite électrocuté. « Nous savions que le courant l’avait arrêté. Il est resté debout pendant plus de deux minutes. Personne n’osait le toucher de peur de se faire électrocuter. Nous l’avons vu mourir, puis s’effondrer sous nos yeux », relate Souley Bouba au quotidien Le Jour.

Une enquête a été ouverte à la suite du drame. Mais déjà, l’on sait que les câbles dénudés traînant à même le sol sont à l’origine de la mort d’Elie Rede.

Cette négligence avait déjà provoqué la mort du proviseur de Mindjil (Extrême-nord)  le 14 juin 2016. Après une pluie, Sanda Ndjidda se rendait chez ses parents pour examiner l’ampleur des dégâts sur leur domicile. Il a été électrocuté en essayant de dégager un fil électrique sur leur cours à l’aide d’un bâton. A l’époque, Eneo, l’entreprise chargée de la fourniture de l’énergie électrique et de l’entretien des infrastructures y afférentes, avait couvert les frais de l’évacuation du proviseur de la ville de Kaélé, jusqu’à Douala. Il a succombé à ses brûlures.



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé