› Société

Cameroun : Mgr Samuel Kleda tire la sonnette d’alarme à propos de la montée des crimes, viols et autres abus divers

Monseigneur Samuel Kleda, archevêque de Douala
Dans une lettre pastorale signée le 29 juillet 2021 et dont nos confrères de Cameroon-Info.net ont pu se procurer une copie, l’archevêque de Douala dénonce ces «infâmes atteintes à la pudeur et aux bonnes mœurs, en contradiction ouverte avec la Parole de Dieu et les valeurs ancestrales », qui prennent chaque jour des proportions alarmantes dans notre société. Le prélat catholique  interpelle le gouvernement, les parents et les hommes de Dieu.
Ci-dessous, l’intégralité de sa lettre :

Aux prêtres, Aux religieux et religieuses,

Aux agents pastoraux,

Aux responsables des structures et services diocésains,

Aux responsables de l’Institut Catholique Saint Jérôme, des Ecoles et Collèges,

Aux responsables des Mouvements et Associations,

Aux fidèles laïcs,

Aux hommes et aux femmes de bonne volonté,

Au peuple de Dieu.

Notre vie associative a été fortement entachée ces derniers mois par la publication sur les réseaux sociaux d’images obscènes révélant la vie privée des personnes. Ces publications malsaines et ces atteintes notoires à la pudeur et à la morale, en contradiction ouverte avec la Parole de Dieu et les valeurs ancestrales, prennent chaque jour des proportions alarmantes dans notre société. Ils s’ajoutent à la longue liste des actes irresponsables, immoraux et même contre nature commis sur l’ensemble du territoire national.

Les causes de ces blessures morales infligées à la dignité de la personne humaine et à notre corps social incluent: la dépravation générale des mœurs, le relativisme moral, l’hédonisme, la perte des normes et des valeurs, la crise des valeurs morales. Parmi ces atteintes à la dignité de la personne humaine que nous dénonçons et condamnons fermement, nous pouvons citer :

– La mise en ligne de personnes malades ou décédées sans aucun respect pour leur dignité;

– La mise en ligne de la vie privée des personnes;

– La création en ligne de groupes libertins;

– Promotion en ligne du proxénétisme;

– L’extériorisation excessive de la vie intime des personnes;

– La cyberintimidation;

– Cyberharcèlement;

– Mise en place de réseaux commerciaux sexuels en ligne ;

– Initier les jeunes aux mœurs perverses à travers des séries télévisées ;
– La prostitution;

-Esclavage et exploitation sexuels;

– la pornographie;

– Inceste;

– Pédophilie;

– Pratiques sexuelles contre nature (homosexualité);

– Crimes rituels;

– le commerce d’organes et d’os humains;

– Représailles publiques, etc.

L’Église, à qui le Christ Seigneur a confié le dépositaire de la foi, ne peut rester indifférente à cette corruption croissante et galopante des mœurs que nous voyons dans notre pays depuis quelque temps et qui sème la confusion dans les esprits. Relâchement des mœurs. C’est, en effet, une question d’une importance capitale pour la vie personnelle des chrétiens, la vie sociale de notre temps et l’avenir de notre pays.

Il appartient à l’Église de proclamer en tout temps et en tout lieu les principes de la morale, même en relation avec l’ordre social, et de porter un jugement sur l’ensemble de la réalité humaine, dans la mesure où l’exigence des droits fondamentaux de la personne humaine personne ou le salut des âmes» (Code de droit canon n° 747 § 2).

En tant que Pasteur de l’Église de Dieu qui est à Douala, nous ne pouvons pas passer sous silence cette dépravation des mœurs. De plus, nous ressentons une obligation morale urgente de vous parler de cette situation préoccupante.

Nous voulons proclamer haut et fort que toutes ces atteintes fréquentes et récurrentes à la dignité de la personne humaine sont contraires aux enseignements de la Sainte Écriture, de l’Église et même du droit naturel.

La dignité de la personne humaine est le cœur et le fondement de tout l’enseignement social de l’Église. Une société juste ne peut être réalisée que dans le respect de la dignité transcendante de la personne humaine. Le respect de la personne humaine implique le respect des droits découlant de sa dignité de créature. Ces droits appartiennent à la société et l’engagent. Ils sont à la base de la légitimité morale de toute autorité, comme l’enseigne l’Église :
«Le respect de la personne humaine passe par le respect du principe:» chacun considère son prochain, sans exception, comme «un autre soi» (Catéchisme de l’Église catholique n°1831). Pour le Pape François: «L’accès aux réseaux numériques implique une responsabilité pour l’autre, qu’on ne voit pas mais qui est réelle».

Notre dignité humaine vient d’être créée à l’image et à la ressemblance de Dieu. La foi chrétienne que nous professons et célébrons actualise cette nouvelle réalité à travers le mystère de l’Incarnation, de la Résurrection et de l’Eucharistie. A ce sujet, saint Paul nous enseigne: «Ne savez-vous pas que vos corps sont membres du Christ ?…. Ne savez-vous pas que votre corps est un temple du Saint-Esprit qui est en vous et qui vous aime de Dieu ? Et que tu n’es pas à toi ? Vous êtes bien et sincèrement acheté! Glorifiez donc Dieu dans votre corps» (1 Corinthiens 6:18-20).

C’est pourquoi la capture et la diffusion d’images ou de vidéos indécentes, choquantes ou violentes via les réseaux sociaux ou autres plateformes portent gravement atteinte à la dignité de la personne humaine, à son intégrité physique et morale et à la décence à la morale et aux bonnes manières publiques. De plus, la publication d’images obscènes a de graves conséquences sur la vie personnelle, communautaire et sociale, telles que:

– L’humiliation et la stigmatisation des victimes;

– La souffrance des parents et des familles;

– L’exposition des plus jeunes à une curiosité malsaine;

– L’objectivation de l’homme.

Ces actes déshumanisants portent non seulement atteinte à la dignité de la personne humaine, mais minent également notre vie d’enfance avec Dieu qui a créé l’homme à son image et à sa ressemblance.

Face à cette crise des valeurs contre laquelle l’ensemble de la société doit se mobiliser, nous lançons un vif appel pour que chacun s’implique dans la restauration morale dont notre pays a besoin pour préserver la dignité de la personne humaine, les valeurs morales et citoyenneté responsable.

Au gouvernement

– Renforcer la lutte contre la cybercriminalité conformément à la loi n°2010-012/du 12 décembre 2010 relative à la cybercriminalité et à la cybersécurité;

– Sensibiliser la population à une citoyenneté responsable;

– Promouvoir l’éducation morale à l’école et dans le cadre de vie;

– De punir les auteurs de tels actes sans complaisance.

Aux forces de l’ordre et de la sécurité

– Respecter la dignité et l’intégrité physique de tout être humain;

– servir vos concitoyens;

– Assurer la protection et la sécurité de chacun;

– Vivre et accomplir votre service conformément à votre devise «Honneur et Loyauté».

Aux parents

– Prendre conscience que vous êtes le premier responsable de l’éducation de vos enfants;

– Ne pas réduire votre devoir à la seule procréation de vos enfants, les envoyer à l’école, mais aussi assurer leur éducation morale et leur formation humaine et spirituelle;

– Donner le bon exemple à vos enfants, les initier aux vertus et se méfier des compromis et dégradations qui menacent la société humaine;

– Considérer vos enfants comme des enfants de Dieu et les respecter comme des personnes humaines;

– Pour élever vos enfants à accomplir la Loi de Dieu en vous montrant obéissant à la Loi de Dieu.

aux pasteurs

– Prendre soin des jeunes qui vous sont confiés;

– Montrer aux jeunes le chemin qui mène au Christ;

– Discuter avec eux des difficultés qu’ils rencontrent dans leur vie;

– Nourrir les jeunes avec la Parole de Dieu et les sacrements;

– Être proche d’eux dans les situations difficiles et les soutenir
Jeunesse;

– Prendre conscience que votre premier devoir est de vous former et de préparer l’avenir;

– Chercher la vie qui est en Jésus-Christ et non dans les réseaux qui détruisent la vie;

– S’inspirer des valeurs de l’Evangile pour construire son avenir;

– Ne vous laissez pas manipuler par ceux qui vous détournent des valeurs de la vie;

– Ne pas être conduit à une impasse et à aucun futur chemin;

– Avec l’aide du Christ, résister aux influences technologiques et culturelles exogènes qui initient la perversion;

– Pour écouter tes parents et partager avec eux toutes les inquiétudes qui menacent ta vie.

Professionnels des médias

– Respecter la loi relative à la liberté de communication sociale (Loi n°90-052 du 19 décembre 1990);

– Respecter la déontologie de votre profession;

– ne pas porter atteinte à la dignité des personnes et à leur vie privée;

– Ne pas diffuser de vidéos ou d’images obscènes heurtant la sensibilité ou contraires aux bonnes mœurs;

– Utilisation responsable des nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Aux croyants

– Être un modèle de vie pour nos jeunes;

– Respecter la dignité de toute personne humaine;

– Ne jamais traiter la personne humaine comme un objet ou une ressource;

– Donner un respect inconditionnel à toute personne humaine;

indépendamment de l’âge, du sexe, de la santé physique ou mentale, de la condition sociale, de la religion, de l’origine raciale ou ethnique;

– Construire le monde selon la vision chrétienne;

– Utiliser les nouvelles technologies de l’information et de la communication avec beaucoup de discernement et un grand sens des responsabilités;

– S’abstenir de produire, distribuer ou transmettre des images ou des faits, des vidéos ou tout autre contenu pouvant porter atteinte aux bonnes mœurs, à la décence, à la pudeur et à la dignité humaine.

Nous sommes confrontés à une situation de crise grave, où beaucoup pourraient céder d’avance au découragement en disant: «comment allons-nous faire ?» Nous croyons que nous pouvons faire quelque chose si nous nous engageons tous dans ce combat et si nous unissons nos forces en faisant confiance au Seigneur.

Que la Bienheureuse Vierge Marie, notre Mère et Éducatrice de la Sainte Famille, Elle qui a porté le Fils de Dieu dans son corps, nous aide à vivre selon la volonté de Dieu et le glorifie dans nos corps.

Fait à Douala, le 29 juillet 2021, en mémoire de Sainte Marthe.

+ Mgr Samuel KLEDA

Archevêque métropolitain de Douala


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé