› Eco et Business

Cameroun: Mouvements d’humeur chez Volcan SA, partenaire de Set Mobile

Les grévistes sont des jeunes recrutés par un partenaire du groupe, pour la distribution des produits Set’mobile

Lundi 18 février 2013, une vingtaine de jeunes munis de pancarte ont manifesté devant le siège de l’entreprise Eto’o Télécom, du footballeur professionnel camerounais. La deuxième manifestation du genre depuis le début du mois de février. La première fois, ils avaient pu être reçus par les responsables de la structure, qui les avaient rassurés de ce que le problème serait réglé. Mais rien ne semble avoir été fait depuis ce moment-là. Ces jeunes sont des agents recrutés l’an dernier, pour la distribution des produits de l’entreprise, par une des entreprises partenaires du groupe, Volcan S.A. En plus des salaires on leur avait promis des primes. Plusieurs mois de travail après, quelques-uns seulement reconnaissent avoir touché au plus un mois de salaire. Au total, ces jeunes revendiquent jusqu’à 12 millions de FCFA ajoutés au remboursement des cautions de 100 000 FCFA par personne versées au moment de leur recrutement, et les 25 000 FCFA versés pour leur formation en conduite automobile. Ces jeunes ont fait savoir qu’ils iront jusqu’au bout dans leur revendication, même s’ils doivent y laisser la vie. Répondant à la situation, des représentants de l’entreprise Eto’o Telecom ont nié leur responsabilité. « Il s’agit des employés d’un partenaire et non de notre société. Il ne faut pas faire la confusion. Nous ne pouvons pas honorer aux engagements pris par l’employeur de ces personnes qui manifestent devant nos installations », a expliqué Hervé Perrin le nouveau directeur générale de l’entreprise lors d’une rencontre avec la presse.

Abordant dans le même sens, un représentant du conseil d’administration a déclaré que la crise avait pour origine, le partenaire Volcan S.A. « Volcan est un distributeur des produits de Set’mobile. Il a des employés et des avantages que nous lui avons accordés. Il doit assurer ses charges par rapport à ses employés. Nous n’avons aucun arriéré avec ce partenaire. Nous lui avons accordé des facilitations énormes. D’ailleurs, je puis vous dire que son compte auprès de nous est débiteur », dit-il. Pour la direction de l’entreprise, tous ses agissements n’engagent pas Set’ mobile. Qui «man uvre tout simplement pour faire pression sur la personne du PCA », a fait savoir pour sa part maître Kaldjob au cours de la même rencontre. Depuis qu’elle a démarré, l’entreprise Set Mobile n’en finit pas de gérer des crises. Dès son lancement, elle doit faire face à une mauvaise publicité. Ses responsables la présentaient comme une entreprise de téléphonie à part entière. Des précisions de l’administration sont venues casser cet enthousiasme. Au moment où le produit sort sur le marché, il doit faire face à la concurrence des prix des opérateurs effectifs, notamment Orange son principal partenaire, qui n’a cessé de multiplier des offres à prix bas, pour suivre la ligne de son challenger MTN Cameroun. En fin d’année 2013, le groupe a dû faire face à des changements de responsables managériaux, une crise avec les partenaires et bien d’autres. Pour clôturer le tout, l’effet de publicité passé, les produits de l’entreprise n’ont pas vraiment décollé. « Je le déconseillerais avec force et vigueur, mais aussi, avec beaucoup de peine et de tristesse à quiconque de le faire, sous peine de jeter son argent par les fenêtres », a conclu un expert cité par Jean Vincent Tchienehom, directeur de publication du magazine Horizon plus, un gratuit sur le monde des affaires au Cameroun. Du côté du ministère on se voulait rassurant, faisant savoir qu’Eto’o fils étant bien encadré, il saurait sûrement bien protéger ses intérêts. La réalité aujourd’hui indique clairement que non. Le nouveau Directeur Général semble avoir confiance en lui. Il a annoncé un plan de remise à niveau. Un plan qui on espère saura mieux faire face à la complexité de la situation.

Les revendeurs Set’mobile revendiquent des arriérés de salaire à leur employeur Volcan SA

Journalducameroun.com)/n

À LA UNE
Retour en haut