Politique › Institutionnel

Cameroun-Nigeria: Bientôt la démarcation complète

Sous l’égide des Nations unis, les délégations des deux pays sont réunies à Yaoundé pour une nouvelle session de la commission mixte chargée de la démarcation de la frontière

Sous l’égide des Nations Unies dont le représentant spécial du secrétaire général pour l’Afrique de l’Ouest, l’Algérien Saïd Djinnit, en assure la présidence, les délégations officielles des deux pays sont réunies depuis jeudi jusqu’à vendredi à Yaoundé pour une nouvelle session de leur Commission mixte sur la démarcation de la frontière. Au menu de ces travaux qui consacrent la mise en oeuvre de l’arrêt de la CIJ du 10 octobre 2002 rendu en faveur du Cameroun sur la souveraineté de Bakassi, localité du Sud-ouest de ce pays d’Afrique centrale occupée par l’armée nigériane de 1993 jusqu’à son retrait officiel en 2008 : principalement la planification du reste du parcours de démarcation et des travaux de construction des bornes frontière. 95% de près de 2 100 km de frontière terrestre commune délimités, le Cameroun et le Nigeria sont sur le point de franchir un pas décisif dans le règlement pacifique de leur différend frontalier concernant la presqu’île de Bakassi qui avait entraîné un conflit armé et une longue bataille juridique de huit ans auprès de la Cour internationale de justice (CIJ) de La Haye aux Pays-Bas.

Le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest, cité par l’agence xinhua, a salué la laborieuse évaluation par l’équipe technique de la commission tripartite des Monts Gotel, « grâce à laquelle 62 kilomètres de frontière supplémentaires pourront être démarqués. Leurs efforts permettent désormais d’étendre la distance de frontière terrestre sur laquelle le Cameroun et le Nigeria se sont accordés à 1.893 kilomètres ». De l’avis d’Amadou Ali, trois étapes cruciales restent à franchir pour parachever le processus : l’évaluation des zones de désaccord et des zones sautées dont la distance cumulée est d’environ 81 km, la poursuite des opérations de construction et de pose des quelque 500 bornes frontières restante, puis la confection de la carte finale de la frontière démarquée et l’adoption du procès-verbal de la démarcation. Aux yeux de Saïd Djinnit, les cartes produites devront être enregistrées formellement auprès de la Section des Traités des Nations Unies afin qu’elles puissent devenir imposables à tous. « Pour assurer la pérennité de cet effort de démarcation, suggère-t- il par ailleurs, il convient en outre de prévoir un accord de démarcation. Un comité de rédaction sera donc très prochainement établi à cet effet ».

La Commission mixte des Nations Unies pour la mise en oeuvre de l’arrêt de la CIJ du 10 octobre 2002 entre le Cameroun et le Nigeria se réunit tous les ans de façon alternée à Yaoundé et à Abuja. Ses travaux s’étendaient à la délimitation de la frontière maritime entre les deux pays, un dossier qui a quant à lui déjà été achevé. Dans l’objectif de normalisation effective des relations bilatérales à travers la consolidation de la paix, la réflexion est aussi orientée vers le développement de projets socioéconomiques d’assistance aux populations affectées par la démarcation. Dans cette optique, une série d’accords de coopération et de partenariat a été conclue au cours des dernières années, en matière par exemple de sécurité, d’interconnexion électrique qui fera que le Cameroun commercialise de l’énergie produite sur son sol à son voisin d’Afrique de l’Ouest. Bientôt, les déplacements de l’un à l’autre côté de la frontière seront facilités par une route dont la partie encore non bitumée côté camerounais (Sud-ouest) est sur le point de terminer ses travaux. C’est un tronçon du corridor transafricain Lagos- Mombasa.

Bientôt la démarcation complète de la frontière entre le Cameroun et le Nigéria
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut