Personnalités › Jeunes talents

Cameroun: Njoh Christian Bernard sur les traces de Samuel Eto’o fils

Le buteur de As Matelot contre Union de Douala a accepté de nous raconter son parcours. Portait.

Tout petit, le football est sa passion. Une passion que le jeune Njoh Christian Bernard est entrain de réaliser lentement, mais sûrement. Sociétaire actuellement de l’équipe de As Matelot de Douala que préside le très contesté Benjamin Djoumessi, il a été porté en triomphe dimanche, 08 novembre 2009, après avoir inscrit d’un coup de tête magnifique, le seul but de la rencontre qui a opposé son club à Union de Douala, dans le cadre de la troisième journée du championnat national de football élite one. Sans hésiter et faisant preuve d’une bonne maîtrise de son jeu, il a su concrétiser une belle action collective, qui a permis à son club d’infliger la première défaite de cette nouvelle saison, de l’Union sportive de Douala.

De l’enseignement technique au football
Après l’obtention de son C A P à l’IST de Douala, examen qui sanctionne la quatrième année de la branche F3, il passe en classe de Première, « mais, je n’ai pas pu avoir le probatoire », confie-t-il. En raison de l’insuffisance des moyens financiers de ses parents, il se voit obligé de mettre un terme à ses études et de passer au plan B, ou comme il le dit, « à sa deuxième option qui est le football ».

De nos jours, les familles n’aiment pas que les enfants jouent au foot, parce qu’ils se disent que le football c’est pour les voyous. J’ai essayé de donner ce que je pouvais donner à ma famille, et vu qu’il n’y avait plus assez de moyens, j’ai tenté ma deuxième option. Le football n’est pas facile, mais je m’y mets quand même, en espérant que par la Grâce de Dieu, je vais atteindre le but.
Njoh Christian

Pendant qu’il est encore sur les bancs de l’école, il ne s’éloigne pas totalement de sa passion. C’est ainsi qu’on le voit évoluer au sein des compétitions des centres de formation, notamment, « BBR », Bataillon Blinder de Reconnaissance, à Douala. A 16 ans, il poursuit sa carrière footballistique au sein de Léopard club de Douala en 2006, grâce à l’aide de l’entraîneur Njam Laurent, qui lui a fait confiance depuis qu’il était encore « tout petit », se souvient-il.

Njoh Christian
Journalducameroun.com)/n

Il est ensuite recruté par les dirigeants de Caïman club de Douala, qui remarquent ses qualités techniques et estiment qu’il peut être un élément important pour l’équipe. Au fil des saisons, le jeune footballeur monte en puissance et c’est logiquement qu’il tape dans l’ il de As Matelot, club de l’élite one du championnat national qui l’engage aussitôt, et lui attribue le dossard 21. Des moments de tristesse, il en a eu. « J’ai beaucoup eu de blessures, ce qui fait que avec Léopard par exemple, je n’ai pas pu jouer les barrages par ce que j’étais toujours blessé. Ensuite, j’ai eu trop de problèmes psychologiques, mais je me suis remis au travail grâce à l’aide des coaches Njam Laurent, Landry Bikaï, Alexandre Belibi, etc. et aussi l’aide de ma famille, surtout de ma grand-mère ».

Sur les traces de Samuel Eto’o
Je n’ai pas vu jouer Roger Milla, j’ai plus vu Samuel Eto’o fils jouer. Il a une bonne pointe de vitesse, et on m’a affirmé que j’avais presque les mêmes qualités et qu’il faut travailler pour être comme lui. Sur ses qualités, Christian estime qu’il est « bon passeur, bon buteur, bon joueur de tête, bon dribleur aussi, bon technicien », mais reconnaît avoir des faiblesses. « Je ne suis pas un joueur qui peut fixer une défense comme Didier Drogba ». A l’avenir, Njoh Christian Bernard, compte travailler « sa pointe de vitesse, le sens du but, et surtout son jeu de tête ».

Ses ambitions cette saison
Devenir footballeur professionnel, c’est sa grande ambition tout comme il rêve de porter « le Vert – Rouge – Jaune national, et être connu dans le pays ».

Equipe de As Matelot
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut