Politique › Sécurité

Cameroun-Noso : accusée d’exactions sur les civils, l’armée se défend

Human Right accuse l’armée d’abus sur les civils dans le Noso
Des soldats de l'armée camerounaise au front. ©rfi.fr

Les Forces de défense soutiennent leurs professionnalisme et loyauté face au dernier rapport de Human right watch qui les accable.

Dans son rapport rendu public le 11 août 2022, Human right watch (Hrw) accuse l’armée camerounaise. L’organisation non gouvernementale soutient avec documents à l’appui, que les Forces de défense et de sécurité ont commis de nombreuses exactions sur les civils dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Il s’agit entre autres de l’assassinat des civils, pillage, extorsion et incendie des biens, arrestations arbitraires, etc. L’Ong situe ces violences entre  le 24 avril et le 11 juin 2022.

A en croire les chercheurs de l’organisation, les forces républicaines se sont écartées de leur mission de protection des populations civiles. Dans le cadre de la lutte qui les oppose aux séparatistes, elles ont plutôt commis des violences sur ces dernières. Par conséquent, Hrw pense que les autorités du pays devraient mener des enquêtes crédibles et impartiales aboutissant aux sanctions des auteurs des différents abus.

Pour l’armée camerounaise, l’Ong et son rapport ne sauraient être crédibles. Pour cause, ceux qui la financent et orientent ses opérations ont des objectifs inavoués à atteindre au Cameroun. « Il s’agit d’un agenda particulièrement sombre (…). Nous avons le nôtre, celui de protéger notre pays et ses institutions. Il s’agit d’un devoir sacré accompli avec honneur, fidélité et loyauté par les Forces de défense et de sécurité », a déclaré le porte-parole de l’armée, le colonel Cyrille Serge Atonfack Nguemo à nos confrères de Rfi.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé