Société › Faits divers

Cameroun: Nouvel incendie aux alentours de Nsam à Yaoundé, aucune perte humaine!

Un train de produits pétroliers a déraillé causant un incendie

Ce vendredi 28 août, de grandes colonnes de fumés noires ont été aperçues sur le ciel de Yaoundé. L’information a circulé très rapidement. Immédiatement après l’annonce de l’explosion, on a vu des voitures de police se rendre à toute allure pour d’après nos premières informations sécuriser les lieux. Des témoins affirment aussi avoir vu une voiture des sapeurs pompiers ainsi qu’une ambulance.

Les premières informations sur l’incendie d’Obobogo rapportent qu’un train en provenance de Douala et à destination de Yaoundé et N’Gaoundéré a déraillé, provoquant le renversement des wagons. Sur les 34 wagons que comptaient le train, 11 contenaient des produits pétroliers, dont le gasoil et le pétrole. Ils ont pris feu. Immédiatement les autorités ont réagi. Un dispositif des sapeurs pompiers et des forces de l’ordre ont investi les lieux pour le sécuriser.

Le ministre Issa Tchiroma de la communication a tenu une conférence de presse cet après midi dans l’enceinte de son département ministériel. Il ressort de sa communication que l’incident d’Obobogo n’a jusqu’à l’heure pas fait de mort. Les seuls cas relevés, sont ceux d’un homme de trente ans, qui a été admis aux urgences de l’hôpital central pour y recevoir des soins intensifs. Deux pompiers ont aussi été victimes de suffocation, en raison de la forte fumée qui avait envahi les lieux.
Le ministre de la communication a tenu à rassurer les riverains qu’ils pouvaient regagner le chez eux, mais devraient rester prudents. Des risque de pollution existent, a tenu à préciser issa Tchiroma. De nombreuses personnes ayant été au courant de l’incident, ont sécurisé leurs familles par crainte d’une aggravation de la situation. J’ai fui avec mes enfants lorsque j’ai vu les flammes monter, affirme un témoin de la scène.

Dans la ville de Yaoundé, les populations se refusent de se rendre vers les lieux. Elles ont sûrement en mémoire le souvenir de la catastrophe qui avait eu lieu 11 ans plus tôt au même endroit. Le 14 février 1998, des wagons-citernes de la Société camerounaise de dépôts pétroliers (Scdp) s’étaient renversés accidentellement sur les rails. Un incendie s’est déclenché sur les lieux, alors que des personnes s’y étaient trouvées pour se procurer du carburant. Le bilan avait été lourd. Près de 250 morts et des centaines de blessés laissant des familles marquées à vie.

Les pompiers à Obobogo, site de l’incendie
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut