Santé › Actualité

Cameroun: Objectif atteint à plus de 100% de la Sasnim dans le littoral

Le Dr Sume Gérard, chef du programme élargi de vaccination (PEV), fait le bilan de la campagne

Au lendemain de la fin de la première édition de la semaine d’actions de santé et de nutrition infantile et maternelle (SASNIM I – 2009), quel premier bilan faites-vous du déroulement des opérations dans la région du littoral?
Nous sommes satisfaits parce qu’on était parti pour avoir une couverture d’au moins 95% en rougeole, actuellement, nous sommes à 108%. De même qu’en ce qui concerne la couverture en mébedazole (contre les vers intestinaux) et l’administration de la vitamine A, on a déjà dépassé 100% de couverture. Ce qui piétine un peu, c’est la couverture en poliomyélite où on attend le 100%, mais les résultats partiels actuellement montrent une couverture de seulement 83%. On espère qu’avec les dernières données recueillies ce lundi, 06 juillet relatives au ratissage, les 17% de données qui sont encore dans les districts et les aires de santé, on pourra sûrement atteindre les 100%.

Nous avons tout de même constaté que la coordination de la campagne a changé de stratégie à un moment donné. Pourquoi ? Est- ce que ce changement a eu les résultats escomptés?
Quand on atteint nos objectifs à plus de 100%, ça veut dire que les populations ont répondu à nos attentes. C’est vrai qu’au début de la campagne, il y avait une timidité au niveau des postes fixes qu’on a crée dans les formations sanitaires. Avec l’équipe de la supervision, on a dû revoir la stratégie face à cette situation. Ceci d’autant plus que les habitants ont l’habitude de recevoir les équipes chargées de la vaccination à domicile, comme l’exige la stratégie de porte à porte par exemple. Donc, on a vite changé de stratégie, en créant des postes temporaires mobiles par ce qu’il faut dire que l’arsenal que constitue tout le matériel que les vaccinateurs doivent porter pour mener à bien les activités, était beaucoup trop lourd. Ce n’était donc pas évident de faire du porte à porte avec des boîtes de sécurité, des cartons de seringues, les différents médicaments, etc., c’est pour cela qu’on a commencé à réorienter la donne, et à procéder par des stratégies mobiles, et cela nous a permis de vacciner de nombreux enfants et d’atteindre ainsi nos objectifs.

Pour cette première édition de la SASNIM, vous avez également intégré un package d’activités. Quelle appréciation?
Satisfaction aussi sur ce plan étant donné que nous visions plusieurs objectifs afin d’être plus efficaces que lors des campagnes précédentes. Avec cette disposition, nous avions l’intention de réduire par exemple les coûts des opérations, de minimiser aussi les ressources ainsi que, la durée de la mise en uvre des activités développées de manière séparée. Cela a été une bonne expérience tout au long de la campagne dans les différents districts et aires de santé où nous opérions.

Maintenant que la campagne est terminée, quelles recommandations faites-vous aux populations du littoral en attendant la prochaine campagne?
Nous recommandons aux populations, notamment aux parents de continuer de vacciner leurs enfants de moins d’un an. Les parents peuvent se rendre sans problème dans les formations sanitaires selon leur calendrier vaccinal. De même, les femmes enceintes doivent continuer de se faire vacciner selon leur calendrier, sans oublier qu’elles doivent prendre le traitement préventif contre le paludisme. Les enfants en âge scolaire continueront aussi à recevoir les vermifuges dans les écoles. Autre recommandation importante, les populations doivent bien conserver leur carte de vaccination après la Sasnim.

Dr Sume Gérard, chef du programme élargi de vaccination dans le littoral
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut