› Santé

Cameroun : « OTS Santé » donne 4 mois au gouvernement pour répondre à ses exigences

Dans un communiqué rendu public, le Syndicat national des personnels médico-sanitaires du Cameroun (Synpems) et le Syndicat national des personnels des établissements et entreprises du secteur de la santé du Cameroun (Cap/Santé) a annoncé une trêve.

La grève annoncée le 16 août n’a pas finalement eu lieu. Les syndicats ont accordé de 04 mois au gouvernement trouver des réponses satisfaisantes à leurs revendications.

Selon les présidents de Cap/Santé, Sylvain Nga Onana, et du Synpems, Bala Bala, le gouvernement a sollicité un délai de 6 mois à l’effet d’apporter des solutions aux griefs déposés sur sa table. Les syndicats ont accordé 04 mois au pouvoirs publics pour trouver des solutions. « Jusqu’au 31 décembre pour l’effectivité des résultats ».

La menace de grève des professionnels de santé dure depuis plusieurs mois. Ces derniers revendiquent au-delà la publication par le Minsanté, de la liste de tous les personnels temporaires/saisonniers ayant déposé les dossiers lors des deux précédents recensements et/ou enrôlés dans le fichier numérique prévu à cet effet.

Aussi, le reversement du personnel dit contractuel et décisionnaire soit 15 000 avec des salaires qui commencent à 45 000 Fcfa et qui finissent pour certains à 100 000 F comme salaires de base à la fonction publique.

Une autre revendication qui n’est pas des moindres, c’est le paiement des droits de non logement, avancements, frais de relève, allocations familiales et autre gestion de carrière et la création d’un groupe de travail chargé du dépouillement des dossiers de recensement des personnels temporaires, assortie de l’élaboration d’un chronogramme de contractualisation progressive de ces derniers.

Par ailleurs, la saisine du ministère de la Décentralisation et du développement local (Minddevel) à la diligence du Minsanté, afin que des instructions soient données aux maires de procéder au paiement des salaires des personnels temporaires/saisonniers mis à la disposition des formations sanitaires par les collectivités territoriales décentralisées.

En outre, les revendications portent aussi sur la réintroduction du budget de fonctionnement dans certains hôpitaux publics dès l’exercice 2022, « pour pallier les difficultés nées du retard dans le paiement des subsides par le financement basé sur la performance (PBF) », ainsi que l’accélération de la révision du statut particulier des fonctionnaires des corps de la santé.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé