Sport › Football

Cameroun: Otto Pfister sous les feux de la critique

Le ministère annonce des changements avant la 2e journée des éliminatoires couplées Can – Coupe du monde

Ce n’est pas un poisson d’avril, la défaite des lions indomptables samedi, 28 mars à Accra face au Togo dans le cadre de la première journée du dernier tour des éliminatoires Can – Coupe du monde 2010, continue de faire couler beaucoup d’encre et de salive au sein du milieu sportif. Le moment de désarroi passé, l’heure au Cameroun, semble être aux explications. Les lions doivent en effet justifier leur contre performance, estiment les supporters de l’équipe fanion. Ce qui se passe ressemble à un véritable procès avec sur le banc des accusés, Rigobert Song Bahanag et ses coéquipiers. Depuis quelques semaines, un nouveau slogan est né pour qualifier les lions: le 984. En clair, ce sont là les dossards des joueurs qui semblent avoir des titres fonciers au sein de cette équipe. Au fil des ans, ils sont devenus incontournables à chaque match, et à qui il faudrait absolument rentrer dans les bonnes grâces quand on est un jeune footballeur et qu’on ambitionne d’abhorrer les couleurs nationales. Un rapide coup d’ il, indique que le N°9 désigne Samuel Eto’o fils, le N°8, Gérémi Njitap, et le N°4, Rigobert Song. Ce sont également là, les trois capitaines de l’équipe nationale, qui semblent être en même temps joueurs et entraîneurs, même si Otto Pfister s’en défend à haute voix.

Invité de l’émission « Foot Foot Foot » sur les antennes de la télévision nationale ce mardi, 31 mars, il a reconnu que ses poulains n’avaient pas du tout respecter ses consignes dans les différents postes, d’où les erreurs qui ont conduit à la défaite face à l’équipe togolaise amenée par Emmanuel Sheyi Adebayor, actuel ballon d’or africain. Cependant, Otto Pfister refuse de parler de vieux joueurs au sein des lions, arguant que la majorité est bien jeune. Dans le même ordre d’idée, il soutient qu’il reste le patron de l’équipe nationale, personne n’influence ses choix quant à la sélection des joueurs, j’assume mes choix, soutien mordicus M. Pfister sans être tout à fait convainquant.

Le ministre annonce la refondation de l’équipe nationale
Lorsqu’au lendemain de la défaite face au Togo, le ministre des sports, Augustin Edjoa annonce une enquête pour faire la lumière sur ce qui ne va pas exactement, mieux, lorsqu’il indique qu’il est urgent de procéder à la refondation de l’équipe nationale du Cameroun, on se demande bien de qui se moque-t-on ? Voilà des années que chaque camerounais a au moins une petite idée sur la double ambiance qui règne au sein des tricolores, où certains sont contents et d’autres frustrés. On a encore en mémoire les critiques de Modeste Mbami qui à un moment donné, avait décidé de claquer la porter de la sélection nationale avant de revenir sur sa décision. Ajouté à cela, les reproches faits par Pierre Womé Nlend, qui avait également dénoncé certains problèmes qui grippent le bon fonctionnement de l’équipe, mieux le spirit team. Des reproches que les dirigeants de sport avaient balayé d’un revers de la main, préférant faire la sourde oreille, et le 984 a continué son bonhomme de chemin. Sans oublier que la presse sportive, a elle aussi dénoncé de tout temps, les tares des lions.

Voyant déjà à distance le spectre d’une élimination au mondial se profiler à l’horizon et souhaitant nécessairement éviter à tout prix le triste souvenir du mondial 2006 en Allemagne où le Cameroun ne s’était pas qualifié, la défaite face au Togo, a créé une véritable panique. La preuve, après ce contre performance, le président de la fédération camerounaise de football, a convoqué d’urgence lundi, 30 mars, les membres de la commission Roger Milla. Jules Nyongha, Dominique Wansi, Martin Ndtoungou Mpilé et autre Michel Kaham, ont dû abandonner leurs activités sans crier garde, pour se retrouver dans la capitale autour de l’ambassadeur itinérant, Albert Roger Milla. Ils ont principalement procédé à l’analyse technique du match, relevant au passage les dysfonctionnements observés, tel le manque de combativité des lions, qui serait dû au climat délétère qui règne au sein de l’équipe, auraient soufflées certaines sources. La copie des travaux de cette commission reste très attendue. Mais, l’on murmure que la commission aurait recommandé la création d’un collège composé des entraîneurs qualifiés capables de permettre singulièrement aux lions de mieux se préparer pour le 06 juin prochain lors de la réception du Maroc, et globalement de qualifier les lions pour le mondial sud-africain. On peut clairement lire entre les lignes, que la commission verrait d’un bon il le départ de l’entraîneur Otto Pfister du banc de touche. On apprend aussi que les conclusions de la commission seront adressées au ministère des sports pour appréciation, comme ce fut d’ailleurs le cas au lendemain de la dernière CAN disputée au Ghana où le Cameroun avait terminé vice champion. Aucune suite jusqu’à présent n’avait été donnée par le minsep, et l’on a vite fait de se demander si le même scénario ne risque pas se reproduire une fois de plus.

Otto Pfister, sur le banc des accusés
journalducameroun.com)/n

Que compte faire le minsep concrètement le minsep quand il affirme que des mesures sévères seront prises. Quand ? Contre qui ? Des questions qui reste pour le moment, lettre morte. Otto Pfister va-t-il partir ou sera-t-il encore à la tête des lions indomptables lors de la réception de l’équipe marocaine en juin prochain ? Sur ce dernier point précis, inutile d’aller vite en besogne, puisque le sélectionneur a été clair : le Cameroun va se qualifier pour la coupe du monde 2010 en Afrique du Sud.forcément avec lui à la tête à voir son air serein quand il donne cette assurance. Le ministère des sports qui l’avait recruté malgré les contestations de la Fécafoot, annonce des changements avant la deuxième journée des éliminatoires couplées Can-Coupe du monde 2010 de football. Le public sportif est curieux de voir quelle sera la nature de ces changements.

Les lions, équipe fanion du pays
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut