Politique › Institutionnel

Cameroun: Ouverture du procès SDF-Lozenou ce 23 juillet à Douala

Jean Paul Lozenou doit s’expliquer sur le défilé d’une centaine de jeunes sous les couleurs du Sdf le 20 mai alors que le parti boycottait le défilé

La première audience de cette affaire est annoncée pour ce jeudi, 23 juillet 2009 au tribunal de première instance de Bonanjo à Douala. Jean Paul Lozenou est poursuivi par le social democratic front pour déclarations mensongères. M. Lozenou doit s’expliquer sur le recrutement de près d’une centaine de jeunes qui ont défilé sous les couleurs du parti lors du défilé du 20 mai, date de la célébration de fête nationale du Cameroun, à la place de l’Udéac. Une initiative qui n’a pas manqué d’être suivie de quelques conséquences, à l’instar de cette citation directe devant le tribunal de première instance de Douala. Jean Paul Lozenou assure qu’il sera bel et bien présent à la barre pour justifier son acte, donc, pas question pour lui de prendre la poudre d’escampette. Il a d’ailleurs prédit le verdict de l’affaire avant même son démarrage. On ne me condamnera pas, assure-t-il dans les colonnes du quotidien privé La Nouvelle Expression de ce mercredi, 22 juillet 2009. Le 20 mai vers 07h30, il dit avoir décidé de mobiliser les jeunes pour le défilé. J’ai donné 4 000F CFA, contrairement à ce que les gens disent, je n’ai consulté personne. J’ai fais cela de moi-même, poursuit-il dans le même journal. Cette initiative selon lui, a été motivé par son désir de bannir les frustrations qu’il a trop longtemps ressenti au sein du parti leader de l’opposition du temps où il était encore à la tête de la mairie de Douala 2é. Selon l’ex maire, le SDF est un parti anti patriote, contrairement à lui qu’il estime être un véritable patriote.

Le SDF réagit
Dans les rangs du SDF, même si on ne délie pas les langues pour le moment, l’on semble en tout cas vexé par la démarche de M. Lozenou. Le parti assure que son action sera sanctionnée, car l’on ne saurait cautionner le fait que l’ancien militant qui a quitté le parti, se soit subitement décidé à mobiliser les jeunes pour aller défiler sous les couleurs de ce même parti, alors qu’il n’y milite plus. C’est ce qui a alors contraint le SDF à traîner Jean Paul Lozenou à la barre, apprend-on. Outre l’acte à problème, l’ex maire est également accusé d’avoir fait des déclarations mensongères, d’usurpation d’un titre, d’uniforme et de décoration.

Pour mémoire, le 20 mai, le social democratic front de John Fru Ndi avait décidé de boycotter le traditionnel défilé qui marque la célébration de la fête nationale, afin de protester contre la désignation des membres d’Elecam (Elections Cameroon). Mais à la grande surprise de tous, des jeunes étaient apparus sur le site du défilé à Douala, abhorrant les couleurs du parti et brandissant des banderoles qui indiquaient leur appartenance à la section de Wouri. Immédiatement, Jean Michel Nintcheu, le président régional du SDF du littoral avait réagi en martelant que les jeunes en questions ne sont pas les militants SDF mais du RDPC. Le but de la man uvre était de de faire croire que le SDF avait bel et bien pris part au défilé. Quoi qu’il en soit, on en saura plus au cours de l’audience qui s’ouvre ce jeudi, 23 juillet au TPI de Douala à Bonanjo.

John Fru Ndi, chairman du Sdf

journalducameroun.com)/n

À LA UNE
Retour en haut