Société › Société

Cameroun: Pas de vacances culinaires pour le centre culturel Français de Yaoundé

Pas de programmation culturelle, mais une affluence à « l’estaminet », le restaurant du CCF

Selon la programmation culturelle, cette période de l’année est destinée à l’arrêt des activités culturelles. Ce n’est pas le cas pour le restaurant, « L’estaminet du CCF », qui fait de plus en plus de nombreux adeptes.

Le dernier programme sur les activités était celui des trois derniers mois : mai, juin, juillet. Landry Mbassi, artiste travaillant avec le Centre culturel Français, nous informe que Le mois d’août est creux. C’est le mois prévu pour le repos de l’administration et des activités culturelles, telles que les spectacles, expositions, etc. Il fait donc partie de ces artistes dont le centre culturel français offre la possibilité de se faire connaître, en exposant leurs uvres. La seule condition ici est d’être original dans sa démarche artistique, être contemporain et créatif, jouir d’un certain éclat et d’une certaine, particularité. En effet, les vacances ici se prennent par vagues. Et donc les activités culturelles reprennent en septembre.

Toutefois, les uvres de l’esprit étant en stand by par la fermeture de la salle des spectacles, celles du ventre restent toujours dans l’air du temps. C’est pour cela que le centre culturel François Villon est toujours rempli de personnes, occupant toutes les tables et chaises. C’est à peine si on peut y trouver une place pour s’asseoir, pour travailler ou étudier, comme c’était à l’accoutumée. Et pour cause, ce fameux petit coin situé aux escaliers, servant des plats appétissants aux clients. Ce restaurant ouvert depuis 2000 est un petit coin offrant aux abonnés, des rafraîchissements et des plats de crudités,des plats chauds comme: le poulet, le poisson, la viande servis avec du pain et des sandwichs. Ces plats sont composés de salades, d’avocat, de choux, de carottes, d’oignons, et de saucisson à l’occasion. Le tout recouvert d’une vinaigrette salée ou sucrée. Très vite ce plat se fait des adeptes.


Journalducameroun.com)/n

Tandis que les gens ne désemplissent pas du restaurant, de nouvelles tables sont installées. Et ce, même à l’étage. Dès lors, ce n’est plus qu’un espace pour manger et moins pour travailler. Quoique, la majorité des clients pensent que: « La bibliothèque est là pour cela », car le centre culturel François Villon a aussi une bibliothèque. En plus de cela, l’enceinte du Centre culturel abrite aussi une médiathèque, un cyber café et une nouvelle salle à l’étage. Avec le temps se sont ajoutés, des plats chauds comme: le poulet, le poisson, la viande. En plus de tout cela, il y a des sandwichs. Le restaurant est en partenariat avec le centre culturel François Villon, nous informe la gérante, Véronique Mendouga.

Selon la programmation, les artistes et les amoureux de la culture reprennent rendez-vous en début septembre. De même qu’ils retrouvent les différents spectacles et expositions, ils retrouvent les plats de ce restaurant, qui de jour en jour devient un lieu de rencontre et de dégustation. Même pour les artistes et le personnel du centre qui déjeunent à l’estaminet.

Véronique Mendouga, la gérante
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut