› Eco et Business

Cameroun: Paul Biya bouderait la 3e licence de téléphonie mobile

Le président de la République serait mécontent de la manière dont le dossier a été géré et pas d’accord avec son ministre des Postes et télécommunications

Critiques
Des sources introduites indiquent que le président Paul Biya du Cameroun, ne serait pas satisfait de la manière dont l’opération d’attribution de la troisième licence de mobile au Cameroun a été menée. Un argumentaire appuyé par le fait que dans son discours à la nation du 31 décembre 2012, le chef de l’Etat n’a pas mentionné le nom du 3e opérateur de téléphonie mobile. Il n’a même pas évoqué le sujet. Pourtant, son discours, a largement fait la part belle à l’économie, en ressassant les grandes réalisations de 2012. Omission de la part des éminents rédacteurs des discours du Chef de l’Etat ? Que non ! Des sources généralement bien informées, ceux-ci ont bel et bien inséré quelques lignes dans le discours présidentiel saluant cette attribution de la 3e licence. « Mais, le Chef (Paul Biya : Ndlr) a barré cette partie », confient nos sources. « Le président de la République n’est pas content de la manière dont ce dossier a été géré », ajoutent nos informateurs. Pour eux, Paul Biya n’est pas resté indifférent face aux multiples critiques relayées par la presse au sujet de la gestion de l’appel d’offres international restreint N°00000066/Mpt/Cab/2012 du 28 août 2012 pour l’établissement et l’exploitation d’un réseau de communications électroniques mobiles au Cameroun et la mise en place d’une commission d’analyse de ces offres. En effet, un jour seulement après la publication des résultats, des voix se sont élevées pour indiquer que l’offre de Viettel Cameroun, adjudicataire, était techniquement et financièrement inférieure à celles des autres concurrents en lice. En termes d’investissements. Technologie système d’informations/Korea Telecom proposait ainsi près de 350 milliards de Fcfa là où Viettel a mis 200 milliards de Fcfa et 50 milliards d’achat de licence là où le gagnant a payé 20. L’ensemble de la procédure est loin d’avoir été un modèle de clarté et de respects des normes en la matière.

Calendrier des différentes étapes
D’abord l’annonce du Minpostel de l’attribution de la licence à Viettel Cameroun Sarl, alors que le règlement du marché prévoit la désignation d’un adjudicataire provisoire, suivie de l’ouverture des discussions avec ce dernier avant l’adjudication définitive éventuelle. D’où vient-il que Viettel ait été directement désigné adjudicataire définitif? Mystère. Ensuite, le calendrier des différentes étapes. Pour les avocats de Tsi qui ont déposé un recours, ce calendrier n’a pas été respecté. La conférence des investisseurs était prévue le 10 octobre 2012. Son processus n’a pas respecté les standards en la matière. L’étape publication des résultats et adjudication provisoire n’a pas eu lieu le 26 novembre 2012 comme prévu, elle qui devait déboucher sur la période de négociation avec l’adjudicataire provisoire (27 novembre-17 décembre 2012). Même techniquement, apprend-on, il reste difficile de comprendre le choix du comité ministériel qui n’a pas été expliqué au public. D’après plusieurs observateurs avertis, c’est le petit poucet qui a été choisi. Et le directeur général de Viettel group ne le dément pas d’ailleurs. « Parmi les 30 entreprises de télécommunications internationales, nous sommes la plus petite», reconnaît Nguyen Duy Tho, dans une récente interview au journal tanzanien Daily News, cité par notre confrère l’Actu. En effet, les cinq pays que couvre Viettel à ce jour ne peuvent témoigner de sa puissance: Cambodge, Laos, Haïti, Pérou et Mozambique, seul pays africain avant son arrivée au Cameroun. Au Mozambique, Viettel est actionnaire majoritaire de Movitel, troisième opérateur de téléphonie mobile du pays, installé en mai 2012. Movitel visait deux millions d’abonnés à la fin de cette année 2012, bien loin derrière Mtn Cameroun et Orange Cameroun qui revendiquent chacun 7 millions d’abonnés. En dehors de ces aspects, nos sources indiquent que ce sont les camerounais qui sont « derrière cette affaire-là ». Il se dit même qu’il y a eu une corruption à outrance. Bref, rapportent nos sources, « ce n’est pas une telle entreprise qu’on attendait ».

Investissement
Pourtant, Jean Pierre Biyiti Bi Essam, à travers une mise au point d’une page divulguée peu avant la fin d’année, a abondamment argumenté sur « le partenariat Tsi/Korea Telecom » et sur les « les allégations de non respect des procédures ». « Le gouvernement tient par ailleurs à rappeler que l’appel d’offres pour le recrutement d’un troisième opérateur de téléphonie mobile a été fait conformément à l’article 35 de la loi n°2010/013 du 21 décembre 2010 régissant les communications électroniques au Cameroun, qui dispose en son alinéa 2 que l’administration chargée des Télécommunications assure le lancement des appels d’offres pour les concessions et les licences et la signature des conventions de concession. Toute évocation du code des marchés publics relève donc d’une mauvaise foi manifeste », a écrit le Minpostel. Malgré cette atmosphère terne, la 3e licence reste pour l’heure à Viettel Cameroun. L’entreprise fait déjà d’ailleurs un grand tabac à Yaoundé, où est établi son siège social. La semaine dernière, plus de 30 véhicules ont fait un défilé dans les artères de la capitale politique. On apprend que son installation au Cameroun devrait permettre la création de 6300 emplois directs et indirects d’ici à 2014. D’après le directeur des investissements à l’étranger du groupe Viettel, Nguyen Duc Quang, Viettel va effectivement lancer ses activités en 2014, avec une couverture de 85% du territoire national, et une réduction des coûts des communications et d’Internet allant de 15 à 20%, par rapports aux tarifs actuels. Tout ceci, pour un investissement de 200 milliards. Ce qui, d’après plusieurs experts, est invraisemblable et impossible, au regard des charges. Ils prennent l’exemple de Mtn Cameroun qui a investi plus de 500 milliards en douze ans pour couvrir seulement 23% du territoire camerounais et 91% de la population. Comment Viettel Cameroun fera-t-il pour couvrir 85% de la population en un an avec seulement 200 milliards Fcfa ? Le Minpostel y croit. « La technologie ne sera pas la même. Avec 50 milliards seulement on a installé plus de 3000 Km de fibre optique. C’est possible », répond sans coup férir un cadre de ce ministère.

Paul Biya bouderait la 3e licence de téléphonie mobile accordée à Viettel

20mai.net)/n

À LA UNE
Retour en haut