Société › Education

Cameroun : Paul Biya répond aux revendications des enseignants du primaire

Paul Biya répond aux enseignants de l’éducation de base
Paul Biya, le chef de l’Etat camerounais

Le chef de l’Etat donne des directives au gouvernement pour résoudre les problèmes des enseignants de l’Education de base qui manifestent depuis le 14 février 2022.

Les revendications formulées par des enseignants relevant de l’éducation de base depuis le mois de février 2022 provoquent l’intervention de la présidence de la République. Dans une correspondance en date du 21 mars adressée au secrétaire général des services du Premier ministre Séraphin Magloire Fouda, le ministre d’Etat secrétaire général de la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh, décline les instructions du chef de l’Etat.

Il s’agit au total de cinq mesures relatives aux indemnités de non logement, des effets financiers consécutifs à l’intégration ainsi qu’aux avancements.  A travers cette correspondance, le président de la République demande au gouvernement de procéder :

au paiement dès le mois d’avril 2022, de l’indemnité de non logement aux enseignants du ministère de l’Education de base (Minedub) qui n’en sont pas encore bénéficiaires ;

à l’apurement, à partir du mois de juillet 2022, des rappels relatifs au paiement de l’indemnité de non logement ;

au paiement dès le mois d’août 2022, des effets financiers consécutifs à l’intégration dans le cadre des instituteurs de l’enseignement général, de ceux des instituteurs contractuels disposant déjà d’arrêtés d’intégration ;

à l’évaluation et l’apurement, au courant de l’année 2023, des rappels induits par l’intégration des instituteurs contractuels dans le cadre des instituteurs de l’enseignement général ;

à la mise à jour, dès le mois de janvier 2023 et sur la base des actes d’avancement déjà signés, de la carrière de l’ensemble des personnels du Minedub, ainsi que l’évaluation et l’apurement des rappels induits.

Par ailleurs, le chef de l’Etat Paul Biya instruit le ministre des Finances Louis Paul Motaze, de procéder au réajustement du cadrage budgétaire de l’exercice en cours afin de faire face à l’augmentation des dépenses des personnels de l’Etat.

Les mesures étant définies, il reste la mise en œuvre par les membres du gouvernement concernés. Dès lors, comme leurs homologues des enseignements secondaires, les enseignants de l’éducation de base en colère attendent la réalité de l’application des instructions. Pendant ce temps, les enseignements connaissent encore des perturbations liées au mouvement de grève.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé