Politique › Institutionnel

Cameroun: Paul Biya retouche son administration, analyse des actes du chef de l’Etat

Les décrets de ce 30 juin ont modifié le visage décisionnel du Cameroun

Des décrets portant remaniement du gouvernement et nomination des responsables de la présidence de la république ont modifié le visage décisionnel au Cameroun. Attendu depuis longtemps, les mouvements dans le gouvernement camerounais interviennent alors que l’opinion en était encore à s’interroger et polémiquer sur le rapport impliquant le président Biya dans le problème des biens mal acquis.

Yang Philémon, le nouveau premier ministre issu de ce remaniement est âgé de 62 ans, anglophone, originaire de la province du Nord-Ouest et membre du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC). Il était précédemment secrétaire général adjoint de la présidence, et aussi le président du conseil d’administration de la camairCo. Il remplace un Ephraïm Inoni, qui aura été dans les derniers moments de sa primature cité dans la périlleuse affaire de l’avion présidentiel. Également anglophone et membre du RDPC, il avait été nommé à la tête du gouvernement en décembre 2004. La nomination de Yang Philémon retire donc la primature au Sud ouest.

Cameroun
journal du Cameroun)/n

Plusieurs autres membres de l’ancien gouvernement ont été reconduits dans la nouvelle équipe, marquée par l’entrée de huit personnes pour remplacer autant de départ. Parmi les ministres qui n’ont pas été reconduits, figurent Haounaye Gounoko des Transports, Madame Haman Adama de l’Education de base, Augustin Edjoa des Sports et de l’Education physique, Jean-Bernard Sindeu de l’Eau et de l’Energie et Mme Suzanne Mbomback (Promotion de la Femme et Famille). Le départ le plus remarqué est celui de Rémy Zé Meka, qui était ministre délégué à la présidence chargé de la Défense. Il est remplacé à ce poste par l’ancien patron de la police camerounaise, Edgard Alain Mebe Ngo’o. De nombreuses analyses et réflexions se faisaient déjà entendre dans les milieux autorisés tout au long de la soirée de mardi.

Sur l’entrée d’Issa Tchiroma le décret du président est une confirmation d’un ensemble de faits qui sont intervenus depuis le début de cette année. On se souvient quelques mois plus tôt, le président de l’ANDP en principe parti de l’opposition a organisé une conférence pour expliquer à la presse son alignement à la révision constitutionnelle qui donnait la possibilité au président Biya de se représenter en 2011. Un acte qui avait intrigué cette presse à laquelle il avait expliqué le faire par souci de participation au débat politique dans son pays. Dernièrement c’est dans une interview qu’il a encore étonné les opposant radicaux, lorsqu’il prend fait et cause pour le président Biya dans l’affaire des biens mal acquis. Parlant du rapport comme d’une campagne de déstabilisation, il relève contrairement à ses propos de campagnes en 2007, il révèle tout son soutien au chef de l’Etat.

Rémy Ze Meka aura certainement été emporté par la multiplication des scandales impliquant son département ministériel. Des cambriolages à l’attaque stupéfiant de limbe par des pirates. On le disait déjà sur le départ. La récente affaire d’argent retrouvé dans un conteneur en lieu et place des supposés armes aura certainement confirmé son départ. Augustin Edjoa quant à lui paye sa gestion controversée de l’équipe nationale de football qui est sur la sellette quant à sa qualification au mondiale 2010, mais aussi bien d’autres affaires sportives. L’inauguration du palais des sports aura été sa dernière grande sortie en tant que ministre, un joyau architectural qui ne l’aura pas sauvé. L’autre surprise de ces actes est le retour de Belinga Eboutou qui rentre au cabinet civil, lui que de nombreuses personnes disaient en disgrâce.

Dans l’ensemble en dehors de quelques nouveaux visages qui ont fait leur entrée, le nouveau gouvernement reste un gouvernement de cadre et pour certains le chef de l’Etat a juste changé la couleur du train qui va le conduire aux présidentiels de 2011. Il a donc préservé les grands équilibres, en donnant un appel de pied aux électeurs du nord ouest fief de John Fru Ndi qui ont désormais une raison d’apporter un soutient plus important à Paul Biya, avec le retour en grâce de leur région. Autre croche pied, Biya l’a fait aux électeurs du nord en ingérant la toute dernière trace d’opposition sérieuse, par la nomination du très renversant Issa Tchiroma.

Yang Philémon
Journalducameroun.com)/n

Quoiqu’il en soit, l’ère Inoni est passée et la période yang Philémon bénéficie de tout un ensemble d’opinion favorable, surtout aux yeux d’une diaspora camerounaise qui se souvient que le nouveau PM était haut commissaire du Cameroun au Canada. Mais au-delà de ces faveurs, le nouveau PM devra personnellement gérer un gouvernement où il sera le patron des barons comme Amadou Ali, Jean Kuete, et Marafa Hamidou Yaya. Au plan collectif, il devra prendre en main les grands chantiers du gouvernement.

Très tard dans la soirée ils étaient déjà nombreux ceux qui spéculaient sur le sort du désormais ancien premier ministre et de l’ancien ministre de la défense. Pour bon nombre, l’épervier vole déjà bien bas au dessus de leur tête.

Marafa Hamidou Yaya
quotidienmutations.info)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut