Opinions › Tribune

Cameroun: Paul Biya, tu es face à l’histoire

Par Boris Bertolt

Monsieur le président Biya, vous avez déclaré être celui dont le peuple camerounais retiendra qu’il aura apporté la démocratie. Mais également vous avez souhaité être celui qui aura maintenu en paix et uni le Cameroun dans un continent qui a connu les guerres, les génocides et les coups d’état.

Aujourd’hui, la guerre contre Boko Haram, la question anglophone et la montée du tribalisme ne sont plus seulement des menaces pour la paix et l’unité, mais ouvrent les portes à la fracture de l’état du Cameroun. La répression des manifestations et la barbarie dont les étudiants de l’université de Buea ont été victimes montrent que la démocratie sous votre régime n’est encore qu’un slogan.

Aujourd’hui, vous êtes plus que jamais face à l’histoire. Le risque pour vous est d’être considéré par les Camerounais et Africains comme celui qui aura plongé ce qui était à votre arrivée au pouvoir en 1982, un eldorado dans le chaos. Bien que je sois pleinement conscient que vous ne pouvez plus introduire des réformes structurelles pouvant transformer le Cameroun, des mesures urgentes pour empêcher l’effondrement s’imposent. Parmi celles-ci figure l’urgence d’un nouveau gouvernement.

C’est sous ce gouvernement que Boko Haram s’est déployé comme jamais et c’est également sous ce gouvernement que la question anglophone nous a explosé plus que jamais en plein visage. Ce gouvernement est un danger pour l’avenir de ce pays. Le maintenir revient à organiser un suicide collectif.

La question anglophone ne peut plus être résolue par la violence. C’est une question éminemment politique qui nécessite des réponses politiques. Tenez par exemple, pourquoi un anglophone ne serait pas par exemple ministre des finances, SGPR, Mindef, ou Minatd, Minjustice. Vous savez autant que moi que le Premier ministre n’a véritablement pas de pouvoir. La violence ne va contribuer qu’à la radicalisation des convictions.

Ce nouveau gouvernement devra engager des investissements massifs dans l’Extrême nord afin de trouver du travail aux jeunes pour qu’ils ne soient pas enrôlés par les djihadistes. Il faut revoir les contrats de la CDE et ENEO pour fournir l’électricité et de l’eau aux Camerounais. Car votre village, Sangmélima broie du noir. La route Yaoundé – Bamenda passant par Bafoussam, qui permet d’établir le lien entre le centre et la partie occidentale doit en urgence être refaite. Car si elle se coupait, croyez-moi ce serait une catastrophe économique et politique. Enfin, il faut poursuivre l’opération épervier. Le peuple en a marre des voleurs.

Monsieur le président, vous devez plus que jamais agir. Ce n’est plus seulement votre destin qui se joue, mais celui de toute une nation. Vous êtes face à l’histoire.


Droits réservés)/n
A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut