Culture › Musique

Cameroun: Petit Pays traîné en justice par son vigile

Il réclame 950 000F CFA d’arriérés de salaire à l’artiste

L’affaire commence à faire grand bruit au sein du milieu artistique. Petit Pays, Rabba Rabbi, turbo oméga, avocat défenseur des femmes. a intérêt à se trouver un excellent avocat pour le défendre. En effet, Etienne Patrice Mpako, son vigile, vient de déposer deux plaintes auprès du parquet de Ndokoti, selon ses propres déclarations sur les antennes de la chaîne de radio Real time music (RTM). Invité de l’émission des faits divers le mercredi, 06 mai, le vigile a déclaré : Petit pays ne m’a jamais remis mon salaire intact. Le voisinage l’aurait également prévenu : toutes les personnes qui viennent là, ne sont jamais payées, affirme celui qui dit avoir été tout pour l’artiste. [J’étais son homme de main, son homme de confiance], poursuit M. Mpako. A la question du présentateur du programme, Ruben Malick, « pourquoi es-tu parti ? », l’ex vigile de l’artiste indique que la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est l’attitude de son patron alors qu’il traversait une situation difficile.

Face à ses difficultés financières dues aux arriérés de salaire, M. Mpako décide de faire fléchir le c ur du patron en jouant sur la fibre paternelle. Il fait alors venir son épouse enceinte à son lieu de service, où il est d’ailleurs logé dans une aile du domicile de l’artiste à Douala. Il espère qu’en la voyant, il devait lui donner ses arriérés afin qu’il conduise son épouse à l’hôpital. Comme pour mettre Petit Pays à l’épreuve, l’épouse du vigile a un malaise alors qu’elle se trouve aux toilettes. Elle a été aussitôt conduite dans « la nouvelle maison ». M. Mpako court vite voir son patron en demander une aide financière, mais celui-ci « ne dit rien ». Il retourne auprès de son épouse sans solution. Voyant la situation inquiétante, l’entrepreneur qui se trouvait là au moment des faits, se dirige également auprès de Petit Pays et tente de le convaincre. Peine perdue car, en lieu et place de l’argent escompté, l’entrepreneur recevra à la limite, l’ordre de faire sortir le vigile et son épouse de sa propriété. C’est donc la goutte d’eau de trop qui amène le vigile à quitter son service et d’entamer une procédure judiciaire contre Claude Adolphe Moundi allais Petit Pays, avec l’espoir qu’à l’issue de cette procédure, il pourrait récupérer au moins ses arriérés de salaires. Arriérés qui s’élèvent à 950 000F CFA.

Grand déballage
Au cours de l’émission radiophonique, le vigile dévoile également certaines commissions demandées par Petit Pays à des heures indues. Etienne Patrice Mpako déclare : Il m’a envoyé au cimetière lui chercher la terre du cimetière (.) Petit Pays n’est pas un homme sérieux. Des faits que le concerné réfute énergiquement soutenant mordicus qu’il payait entièrement les salaires du vigile, selon le présentateur du programme. L’émission s’est bizarrement achevée ce mercredi, 06 mai sur une note d’inachevée justement. La conclusion trop rapide, a donné la vague impression à l’auditoire, qu’il y auraient eu des interventions externes si l’on s’en tient par exemple à une phrase pas anodine de présentateur : tu vois comment l’émission se passe, a-t-il déclaré en s’adressant à son invité. Quoi qu’il en soit, on attend impatiemment la suite de cette affaire portée devant les tribunaux, et qui ne manquera pas à coup sûr, de se propager à la vitesse d’une traînée de poudre dans les coulisses. Petit Pays, mauvais payeur?

Petit Pays

www.camerfeeling.net)/n

À LA UNE
Retour en haut