Eco et Business › L'Eco en +

Cameroun: plus de 300 milliards de F CFA de pertes du fait de la crise anglophone

(c) Droits réservés

Cette estimation est du Groupement interpatronal du Cameroun (Gicam), qui vient de rendre public les résultats d’une enquête menée dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.

Le tissu économique du Nord-Ouest et du Sud-Ouest s’effondre au fur et à mesure que perdure la crise anglophone, affectant le pays tout entier. Les répercussions dans les entreprises sont entre autres : la fermeture de la plupart des unités de production ; l’augmentation des mesures de sécurité autour des installations encore opérationnelles, avec pour effet l’augmentation des coûts de production ; l’annulation des plans d’extension, d’investissement et de négociation avec des partenaires étrangers.

Les effets négatifs de l’insécurité  dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest se ressentent au niveau des recettes de l’exportation du cacao et du café. Près de 56 milliards de francs CFA de pertes ont été enregistrées dans ce domaine, révèle le Gicam dans un rapport intitulé « Insécurité dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest : conséquences économiques et impact sur l’activité des entreprises ».

Le Gicam s’inquiète. « Il convient de noter que le contre coût sera très important pour les campagnes à venir même en cas de rétablissement du climat sécuritaire car, de nombreuses plantations sont à l’abandon et une quantité considérable de l’équipement de production est désormais détruite. Le risque pour l’exercice 2018/2019, vue la situation encore plus critique qu’on constate en ces derniers mois, est une perte entre 60 000 tonnes et 100 000 tonnes. Cela représenterait entre 78 et 130 milliards de francs CFA en valeur recettes d’exportation (rapatriement de devises) dont entre 49 et 81  milliards de francs CFA de recettes des agriculteurs du Sud-Ouest ».

En aval des filières café et cacao, les industries de transformation de ces produits ont vu leurs activités de plus en plus fragilisées ces derniers mois. La cessation d’activités envisagée par ces entreprises représenterait une perte de chiffre d’affaires de  l’ordre de 10,8 milliards de Francs CFA.

Des chutes de l’ordre de 60% des ventes sont observées dans les entreprises spécialisées dans les services à l’agriculture tandis que chez les opérateurs de téléphonie, l’on est à  975 millions de francs CFA de manque à gagner. D’un autre côté, les sociétés de commerce et de distribution ont limité leur présence dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest aux zones où des garanties de sécurité existent encore.

« Selon les estimations sommaires réalisées, la crise a déjà coûté 2, 153 milliards de francs CFA de destructions de biens immobiliers, de matériels roulants et meubles. Le manque à gagner en termes de chiffres d’affaires est estimé à 269 milliards francs CFA dans les secteurs investigués », indique le rapport.

La situation est d’autant tragique que le climat sécuritaire ne cesse de s’amenuiser avec les multiples attaques des sécessionnistes et les affrontements avec les forces de défense et de sécurité. Cela entraine un exode massif des populations, un abandon des plantations et d’autres biens économiques.

 

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut