Société › Société

Cameroun : plus de 35 000 réfugiés nigérians en quête d’assistance vitale

Les concernés ont trouvé refuge dans la localité camerounaise de Goura après avoir fui les exactions de Boko Haram dans le Nord-Est du Nigeria. Ils ont traversé la frontière en laissant derrière eux tout ce qu’ils possédaient.

Les organisations humanitaires tirent la sonnette d’alarme sur la situation de milliers de Nigérians parvenus au Cameroun à la fin du mois de janvier. Il leur faut urgemment de l’eau, de la nourriture et des abris, font savoir l’Ong Médecins sans frontière et l’Onu. « Lorsqu’ils ont fui, ils ont dû laisser derrière eux leurs proches âgés et malades. Ils ont emporté ce qu’ils pouvaient avec eux, mais à Goura, ils n’ont ni eau ni abri pour dormir. Livrés à eux-mêmes, ils doivent se débrouiller », rapporte le directeur adjoint des programmes d’urgence de Msf, Silas Adamou Moussa, dans une note rendue publique jeudi.

Depuis plusieurs semaines, ces demandeurs d’asile vivent dans un camp improvisé à Goura. Ils y dorment dans de petits abris recouverts en majorité de bâches distribuées par le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Ils sont arrivés dans cette localité après une énième attaque de Boko Haram à Rann. La dernière a eu lieu après le retrait de la Force multinationale mixte. Les terroristes ont tué plusieurs personnes avant de mettre le feu à la ville. Une réponse d’urgence a été mise en œuvre qui a permis d’apporter une ration alimentaire à quelques 13 000 personnes. Chaque réfugié enregistré reçoit par ailleurs  six litres d’eau potable par jour, une quantité inférieure au minimum recommandé de 15 litres.

« Au cours des deux dernières semaines, nos équipes médicales ont procédé à plus de 400 consultations, dont 35% concernaient des maladies infectieuses respiratoires, des diarrhées, des conjonctivites, toutes ces pathologies étant liées aux mauvaises conditions de vie des réfugiés« , indique Msf.

Les deux institutions mettent par ailleurs  le doigt sur l’incertitude qui plane quant à la possibilité du refoulement de ces personnes. Laquelle est de nature à empêcher le bon déroulement d’une aide humanitaire optimale. « C‘est là où elles doivent être si elles veulent rester en vie« , appui l’Onu.

-Une crise humanitaire d’envergure-

Les incursions armées du groupe terroriste Boko Haram sont à l’origine d’une crise humanitaire qui affecte la zone du Lac Tchad. Au Cameroun, près de 4 millions de citoyens en subissent  les conséquences. A cela s’ajoutent quelques  417 374 réfugiés encadrés sur le territoire nationale. Ce sont dans le détail 275 711 Centrafricains, 138 315 Nigérians et diverses autres nationalités.

 

 

 

 

 

 

 

 



À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé