› Santé

Cameroun : plus de 400 cas de choléra enregistrés à Limbe et Tiko entre le 21 et le 23 mars

Le choléra s’aggrave dans la région du Sud-Ouest Cameroun
Le Centre, le Littoral, l’Ouest et le Sud-Ouest continuent d'enregistrer des cas.

Ces derniers 24 heures, 64 nouveaux cas ont été enregistrés à l’hôpital régional de Limbé, 10 à Tiko et neuf à l’hôpital régional de Buea.

De retour au Cameroun depuis le 27 octobre 2021, Le choléra attaque, résiste à la riposte et continue de faire des victimes. Entre le 21 et le 23 mars 2022, plus de 400 personnes infectées à Limbe et Tiko. La ville de Limbe compte à  elle seule plus 1677 cas et 41 décès. Les chiffres découlent d’une réunion de crise présidée dans la par le gouverneur du Sud-Ouest Bernard Okalia Bilai mercredi 23 mars 2022.

Selon les autorités, l’absence de toilettes et le déficit d’eau potable dans la région sont les principales causes qui facilitent la progression de la maladie. Pour circonscrire la progression épidémiologique, le gouverneur de la région a prescrit la construction en urgence des toilettes publiques et le renforcement de l’approvisionnement en eau potable. Les sociétés et les collectivités concernées ont un délai de 30 jours à compter du 23 mars 2022 pour satisfaire à cette exigence.

En dehors de la région de Sud-Ouest, au moins quatre autres régions sont touchées par l’épidémie au Cameroun. Il s’agit du Littoral, du Sud, du Centre et du Nord. Pour barrer la voie à la maladie, les autorités sanitaires appellent à l’observation des mesures d’hygiène. Le vaccin n’étant pas à la portée de tous les Camerounais (10 000 FCFA). Le 18 février 2022, le ministre de la Santé publique a lancé une campagne de vaccination dans les districts de santé concernés. Une autre campagne est annoncée pour le mois d’avril prochain.

Par ailleurs, le retour de la saison des pluies dans la majorité des régions du sud forestier du Cameroun, constitue selon les spécialistes, un autre facteur de risque. Les pluies associées à l’insalubrité, au manque d’eau potable et bientôt à l’abondance des fruits comme les mangues, pourraient contribuer à accroître la courbe de contamination dans les prochains jours.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé