Société › Société

Cameroun: plusieurs quartiers de Douala privés d’eau potable

Dans les quartiers Kotto, Log-Bessou, Nkolmitag et ailleurs les populations s’approvisionnent en eau dans les forages aménagés par des industries, des puits et des marigots

Des milliers d’habitants de la ville de Douala sont privés d’eau potable depuis plusieurs jours, une situation qui pousse des populations à se rabattre sur l’eau des puits et des marigots, a-t-on constaté mardi sur place.

Cette situation qui dure depuis une semaine
Dans certains quartiers à l’instar de Kotto dans le cinquième arrondissement, Log-Bessou dans le troisième arrondissement ou encore Nkolmitag dans le deuxième arrondissement où la pénurie dure depuis une semaine, les habitants se ruent sur les forages aménagés par des industries. L’eau de ces sociétés est de loin meilleure que celle des puits et des marigots.

«Nous sommes ici depuis plus d’une heure. Il faut vraiment s’armer de patience pour puiser l’eau, car la demande est très nombreuse», a indiqué un habitant du quartier Cité-Sic dans le cinquième arrondissement. Muni de récipients, il fait la queue devant une société brassicole qui a gracieusement mis à la disposition des populations un forage, ouvert entre 6 heures et 18 heures.

«La situation est difficile car il arrive qu’une seule personne ait plusieurs récipients, notamment des propriétaires de voitures. Nous essayons de canaliser cela pour que tout le monde soit servi», a expliqué un vigile chargé d’assurer la sécurité du site.

Pendant que des habitants de Douala et d’autres villes du pays ont du mal à étancher leur soif, à la Camerounaise des eaux (CDE) l’entreprise chargée de la commercialisation de l’eau potable, c’est motus et bouche cousue. Le personnel n’a «aucune information à donner», nous a-t-on répondu au centre de distribution d’eau à Ndokoti, dans le troisième arrondissement.

Comme à la CDE, c’est le même mutisme à la Cameroon water utilities (Camwater), l’entreprise publique chargée de la production de l’eau potable engluée dans une crise managériale entre la direction générale et le conseil d’administration.

Photo d’illustration
Droits réservés)/n


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé