Politique › Judiciaire

Cameroun : polémique sur la comparution des leaders ambazoniens à la Cour d’appel

(c) Droits réservés

Les dix dirigeants séparatistes d’Ambazonia détenus sont sous pression pour comparaître devant la cour d’appel de la région du Centre, a révélé l’un de leurs avocats.

Les autorités judiciaires ont fait pression sur les premiers gouvernants de l’Etat éphémère d’ambazonie afin que ceux-ci comparaissent en cour d’appel du centre ce jeudi, 16 mai. Rien n’y a fait cependant. Julius Ayuk Tabe et ses neuf compagnons ont refusé de quitter leurs cellules à la prison de Kondengui.

Cette situation, explique Me Emmanuel Simh, découle de ce que Julius Ayuk Tabe et compagnie n’ont pas été informés de la tenue de leur procès dans les délais convenables. Leurs avocats et eux n’en ont été notifiés que ce jeudi matin.

« Ils ne sont pas là-bas. Ici à la Cour d’appel, nous avons demandé au résident de renvoyé cette affaire. Il refuse de renvoyer, il dit qu’il exige que les gars comparaissent. Nous avons demandé avec insistance qu’il  renvoie et lui il a dit qu’il n’appelle pas cette affaire qu’il attend nos clients, mais eux ils ne viendront pas là-bas. C’est nous qui sommes les appelants et comme tel, si », explique Me Simh.

Julius Ayuk Tabe et ses compagnons ont saisi la Cour d’appel pour tenter de faire annuler la décision par laquelle le Tribunal militaire de Yaoundé se déclare compétente pour les juger en lieu et place du Nigeria où ils avaient été arrêtés en janvier 2018.

Leur procès devant la juridiction militaire devrait reprendre le 17 mai. Il avait été reporté à cette  date du fait d’un boycott observé par les accusés et leurs avocats aussi longtemps que la Cour d‘appel n’aura pas rendu sa décision.

 

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé