› Eco et Business

Cameroun: un port belge apporte son soutien au port de Douala

Les deux entités ont signé un accord qui permettra de résoudre les problèmes de congestion du port de Douala.

Ce vendredi 9 mars, le groupe Rougier, nĂ©gociant en bois tropicaux implantĂ© en France, et propriĂ©taire de la SociĂ©tĂ© forestière et industrielle de la DoumĂ© (Sfid), devrait être entendu par le tribunal de commerce de Poitiers, pour savoir s’il continuera d’exercer ses activitĂ©s ou pas. Selon cette entreprise, l’une des cause de cette situation serait le fait que « le port de Douala est complètement saturĂ© », et qu’il ne « fait l’objet d’aucun investissement ». Il serait, par ailleurs, considĂ©rablement ensablĂ©, ce qui gĂŞne les bateaux pour aller jusqu’aux quais prendre les colis Ă  expĂ©dier.

C’est au vue de cet Ă©tat de choses que le port de Douala a dĂ©cidĂ© de signer un accord avec le port autonome d’Anvers en Belgique, le deuxième port europĂ©en, afin de mettre en Ĺ“uvre des solutions pour ĂŞtre plus efficace. Selon la radio française Rfi, cet accord entre lesdits ports porte sur une durĂ©e de cinq ans. Les partenaires belges vont auditer les difficultĂ©s du port de Douala et proposer des axes de formation et des amĂ©liorations dans le flux de manutention.

« Comme vous savez, le port reste congestionnĂ©. Donc il regarde un peu un port plus expĂ©rimentĂ© pour voir comment on peut rĂ©soudre, comment on peut faire en sorte qu’avec le territoire donnĂ©, on peut quand mĂŞme traiter plus de marchandises qu’on le fait aujourd’hui. Le port d’Anvers est aussi un port très expĂ©rimentĂ© dans l’Afrique de l’Ouest, cela veut dire qu’on est prĂ©sent dans pas mal de ports, comme la GuinĂ©e. Cela veut dire aussi qu’on connaĂ®t un peu la situation spĂ©cifique des ports de l’Afrique de l’Ouest. C’est une Ă©conomie qui va encore croĂ®tre, ça on est sĂ»r. Pour nous, c’est une manière de s’assurer le flux des marchandises vers l’Europe via le port d’Anvers, marchandises provenant de l’Afrique de l’Ouest », a-expliquĂ© la porte-parole du port d’Anvers Annik Dirkx, Ă  nos confrères de Rfi.

Ces partenariats que l’institution europĂ©enne considère comme « importants », devrait densifier le flux de marchandises camerounaises vers l’Europe.

 

Ă€ LA UNE
Retour en haut