Santé › Actualité

Cameroun: près de 51 milliards de FCFA pour la lutte contre le paludisme

C’est le fruit de la coopération Cameroun-Fonds Mondial pour l’intensification de la lutte contre cette épidémie, de 2015 à 2017

Le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, Emmanuel Nganou Djoumessi, et Mme Cynthia Mwaze, chef du département Afrique et Moyen-Orient du Fonds Mondial, ont procédé mardi 17 février 2015 à Yaoundé, à la signature de l’accord-cadre relatif au financement de la lutte contre le paludisme, le SIDA et la tuberculose.

À l’occasion, une subvention d’environ 51 milliards de FCFA a été signée entre le ministre camerounais de la Santé Publique, un représentant de la société civile camerounaise, le président de l’instance nationale de coordination et la représentante du Fonds Mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme.

Selon Mme Cynthia Mwase, ces ressources, « permettront non seulement d’atteindre, pour la première fois au Cameroun, l’objectif de couverture universelle en moustiquaires d’ici la fin 2015, mais aussi de contribuer à la prévention du paludisme chez les enfants de moins de cinq ans à travers la mise en uvre de la chimio prophylaxie dans les régions septentrionales, la prévention du paludisme chez la femme enceinte, la prise en charge du paludisme et la mise en uvre de l’approche communautaire ».

Mme Christine Robichon, l’ambassadrice de France au Cameroun, a pour sa part exhorté l’administration camerounaise à mettre l’accent sur la sensibilisation des populations. Elle a réitéré l’engagement de la France, partenaire, à soutenir le Cameroun dans la lutte contre le paludisme, le SIDA et la tuberculose.

Il est à noter que « le gouvernement camerounais a engagé au cours de ces dernières années, avec l’appui des partenaires, d’importants efforts pour lutter contre ces trois pandémies que sont, la tuberculose, le VIH/SIDA et le paludisme », a déclaré Emmanuel Nganou Djoumessi.

Cette mutualisation des efforts a permis entre autre:
Pour le VIH/SIDA: la baisse du taux de prévalence dans la population active de 5,5% à 2004 à 3,9% en 2013 ;
Pour le paludisme: l’utilisation des moustiquaires imprégnées de longue durée d’action est passée de 14% en 2005 à 40% en 2013, la mortalité liée au paludisme est passée de 36% à 22% sur la même période ;
S’agissant de la tuberculose, le taux de succès thérapeutique est passé de 72% en 2002 à 82% en 2013.

Malgré ces résultats encourageants, pour le Minepat, « les populations restent vulnérables, car ces fléaux continuent de sévir du fait des mutations constantes de leurs agents pathogènes, qui posent d’énormes défis à la communauté scientifique ».

Pour la période 2015-2017,le Fonds Mondial entend allouer au Cameroun un montant global de 288 millions de dollars US, soit environ 144 milliards de FCFA en vue d’intensifier la lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme.

A titre de rappel, depuis 2002, le Fonds Mondial soutient le Cameroun dans la fourniture des antirétroviraux, les traitements de courte durée sous surveillance directe pour lutter contre la tuberculose, et la distribution des moustiquaires imprégnées d’insecticide pour la lutte contre le paludisme.

La signature de la subvention, le 17 février au Minepat
Droits réservés)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé