Société › Société

Cameroun: près de 6 millions de citadins vivent dans des quartiers précaires

Des bidonvilles. (c) Droits réservés

Des personnes côtoient généralement des zones sujettes à des catastrophes naturelles.

Difficile d’accéder aux habitations à Etoa-Meki, Elig-Edzoa, Camp Yeyap, Mvog-Atangana Mballa ou encore à Mvan, pour ne citer que ces zones à Yaoundé. Il faut slalomer entre les maisons faites de matériaux provisoires pour se frayer un passage. Il faut souvent consentir à un passage obligé par les latrines du voisin pour rallier une route ou arriver chez soi. Une promiscuité qui se mêle à des constructions parfois dans des milieux dangereux: marécageuses par exemple.

En 2018, lors d’une pluie torrentielle, un élève a été emporté par les eaux au quartier Eleveurs à Yaoundé, alors qu’il rentrait des classes. Après plusieurs jours de fouilles, son corps sera retrouvé dans un cours d’eau non loin du domicile familial. Une scène similaire a été enregistrée au quartier Elig-Edzoa. Des drames qui ne découragent pourtant pas les habitants «lorsqu’il pleut abondamment, l’eau inonde ma maison mais je n’ai pas d’autres endroits où aller. Nous avons construit une maison dans cette zone», justifie Christelle N., vivant au quartier Eleveurs. Yaoundé n’est pas la seule ville camerounaise dans cette situation. L’Organisation des Nations unies (ONU) estime à «45% de citadins vivants dans les quartiers précaires en milieu urbain au Cameroun, soit près de 6 millions de personnes», a relevé Célestine Ketcha Courtès, ministre de l’Habitat et du Développement urbain (MINHDU). C’était le 29 janvier lors de l’atelier de restitution du projet sur le programme participatif d’amélioration des bidonvilles au Cameroun.

Dans le cadre du projet, les études en vue de la restructuration de neuf quartiers dans les villes de Bafoussam, Douala, Garoua et Yaoundé sont en cours en partenariat avec la Mission d’aménagement et d’entretien des terrains urbains et ruraux (MAETUR). Des zones qui s’étendent sur 1500 hectares et regroupent 250 000 habitants. Le programme en question a été lancé en 2010 et a déjà été mis en œuvre à Nkolbikok dans l’arrondissement de Yaoundé VI, au quartier Afan-Mabe à Kribi II et à Sisia Quarter à Bamenda III.

Vos paris sportifs can 2019
1xbet
Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé