Société › Société

Cameroun-prison de Kondengui : des nouvelles sanctions sur l’utilisation du téléphone

Discipline à la prison de Kondengui
Prison centrale de Yaoundé, Kondengui

Le régisseur de la prison centrale réitère l’interdiction à l’endroit des prisonniers de l’usage du gadget électronique et promet de lourdes sanctions.

C’est un sale temps qui est promis aux détenus de la prison centrale de Yaoundé, Kondengui. Au-delà de la peine qu’ils purgent déjà, une autre vient d’être annoncée.

Mais elle ne concerne que celui qui fera preuve d’indiscipline. L’indiscipline dont il est question est l’utilisation d’un téléphone par un détenu au sein du pénitencier.

A la prison centrale de Kondengui, on parle d’une fuite constante d’images de l’intérieur de la prison. Des images loin de faire l’éloge de cette dernière. Et celles-ci sont très souvent l’œuvre des prisonniers.

A côté de cela, il existe des cas d’incivisme et de circulation de stupéfiants. La présence de ces substances prohibées au sein du pénitencier causent souvent des disputes, des bagarres ou encore des bousculades.

C’est donc dans un souci de rétablir l’ordre et la discipline qu’Ipuni Max Albert Stephane Mbody, régisseur de la prison, a décidé de prendre le taureau par les cornes.

Dans une note de service commise par l’intendant de ce pénitencier, sont instaurées et présentées de nouvelles sanctions disciplinaires contre « tout détenu (…) trouvé en possession d’un téléphone ou de tout autre objet ou substance prohibée ».

Il enchaîne en indiquant les sanctions en cours « être enchaîné dans une cellule disciplinaire, être transféré dans d’autres quartiers (être) suspension de toute forme de visite et de communication pour une durée d’au moins 1 à 3 mois, être exclu de toute forme de visite et de communication pour une durée d’au moins 1 à 3 mois, être exclu de toutes les visites et communications ».

C’est donc la continuité du combat engagé par l’administration. Depuis quelques années, l’administration pénitentiaire lutte contre la fuite d’images de la prison qui, pour la plupart, montrent des conditions de détention jugées ‘inhumaines’ par les organisations de la société civile.

Selon des chiffres pas encore actualisés de l’administration pénitentiaire, Kondengui accueille environ 4000 prisonniers. Or, la prison a été construite pour en abriter 1000.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé