› Société

Cameroun : procès ouvert contre la justice dans l’affaire de la fuite des épreuves au BAC 2020

Laurent Esso, le ministre de la Justice, garde des sceaux.

Les réactions indignées se multiplient sur les réseaux sociaux au sujet de l’emprisonnement de cinq jeunes accusés de complicité dans la fuite. Parmi eux,  le jeune élève de 18 ans et élève en classe de terminale au lycée de Bangangté.

Quatrième jour de prison pour les cinq jeunes accusés de complicité dans l’affaire de la fuite des épreuves de Physique, Chimie et SVT de la session 2020 du Baccalauréat de l’enseignement général au Cameroun. Pendant ce temps, les responsables de l’administration indexés par l’enquête du ministre des Enseignements Secondaires (Minsec) restent sont toujours en liberté. Ceux-ci n’ont reçu que des sanctions disciplinaires du ministre Nalova Lyonga.

La toile s’enflamme autour de ce que certaines qualifient d’« injustice d’Etat ». Les regards indignés sont plus portés vers Gassam Noche Gervais Kevin, âgé de 18 ans et élève en classe de terminale au lycée de Bangangté.

Artistes, leader d’opinion, sportifs, universitaires notamment, se mobilisent pour sa libération. Le musicien Locko déclare : « la jeunesse c’est l’avenir, nous avons le devoir de la protéger. Nous sommes des êtres humains, des erreurs nous en commettons tous et pour cela nous méritons d’être tolérants les uns envers les autres. Faisons notre devoir, protégeons les nôtres  PLEASE Free our young cameroonian brother Kevin».

Dans la même mouvance, Kareyce Fotso affirme : «On aurait pu lui donner une autre punition. Mais de grâce, ne faites pas de cet enfant un monstre. La prison va le détruire. 18ans en terminale C, il a de l’avenir».

Du côté des sportifs, le capitaine des Lions indomptables s’est joint à la plaidoirie. Éric Maxim Choupo-Moting écrit :  «Je plaide pour la libération de Kevin, la prison n’est pas la solution pour une telle situation». Son coéquipier Michael Ngadeu enfonce le clou en arguant que :  «toute responsabilité de la fuite des épreuves d’un examen national ne saurait être imputée à un enfant. C’est un acte scandaleux et honteux d’envoyer un jeune, qui est le reflet de notre avenir en prison. Je m’indigne face à cet acte. Libérez Kevin».

Le Dr Richard Makon  estime pour sa part que «toute justice sans discernement est évidemment arbitraire !!! Toute justice sans humanisme est forcément tyrannique !!! Une société qui emprisonne des nourrissons innocents pendant que des vieux criminels se pavanent librement a évidemment perdu tout repère moral… une telle société qui fait le lit de la déshumanisation est incontestablement prête pour son génocide !!!».


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé