Personnalités › Success Story

Cameroun: Protais Ayangma, un assureur passionné de la Communication

Il est à la tête de la South media Corporation qui édite le quotidien privé Mutations

Le nom de Protais Ayangma est bien connu aujourd’hui des milieux de la presse camerounaise. Pourtant personne ne pouvait parier que cet assureur de formation pouvait être à la tête d’un groupe de presse aussi dynamique que la South media corporation qui édite entre autres le quotidien privé « Mutations « . Protais Ayangma est né à Yaoundé le 06 novembre 1951 à Yaoundé dans une faille originaire du village de Bouraka dans le département du Mbam et Inoubou, région du Centre. Cet homme qui excelle aujourd’hui dans le domaine des assurances a bénéficié du soutien de certaines élites de la région tel que l’industriel James Onobiono et l’homme d’affaire Théodore Ebodo Assala. Après ses études secondaires chez les missionnaires au collège Vogt de Yaoundé de 1963 à 1970 Protais Ayangma obtient un baccalauréat qui lui permet de poursuivre des études supérieures à l’Université de 1970 à 1974.

Titulaire d’une Licence en droit privé dans la spécialité gestion des entreprises, Protais Ayangma entame sa carrière à la société camerounaise d’assurance comme chef du département sinistre et contentieux. Entre 1979 et 1986, il est directeur général puis administrateur délégué à la soraraf-Cameroun. Il décide de créer en 1986 la Compagnie Nationale d’Assurances(CNA), première compagnie d’assurances à capitaux 100% camerounais. Aujourd’hui la CNA a une place de choix dans le monde des affaires au Cameroun. En octobre 1996, à l’occasion de la célébration de son dixième anniversaire, la Compagnie avait inauguré son siège, un immeuble imposant et ultramoderne du quartier chic de Bonanjo à Douala. Au plan politique, Protais Ayangma durant les années 1990 a eu une position  » neutre « . Mais il se dit qu’il est très présent dans les affaires de la société aux côtés de Me Charles Tchoungang ou du Cardinal Christian Tumi proches de l’opposition.

Protais Ayangma fait ses débuts dans le monde de la presse au début des années 1990, avec la création du journal privé critique « Générations  » animé par des intellectuels tels comme Vianney Ombé Ndzana et Maurice Kamto. Malgré le fait qu’il soit le principal financier, il quitte Générations après une mésentente avec Ombé Ndzana, pour se lancer dans une nouvelle aventure. C’est ainsi que va créer le journal Mutations en 1996 avec Maurice Kamto. Le journal qui se veut moins critique dans le ton, est suspendu en juin 1997 suite à un dossier sur  » les circonstances troubles  » de la mort à Paris de Victor Ayissi Mvondo candidat à la présidentielle. Malgré une ordonnance de référé ordonnant en juillet 1997 la levée de l’interdiction, confirmée par la cour suprême en août 1997, ce journal est régulièrement victime des saisies jusqu’au départ du gouvernement de Gilbert Andzé Tsoungui, ministre de l’administration territoriale. Marié et père de plusieurs enfants Protais Ayangma aime la lecture et pratique le jogging. Auteur du guide des assurances au Cameroun, Protais Ayangma a par ailleurs publié de nombreux articles sur les assurances, l’économie et la politique dans la presse nationale et internationale. Candidat malheureux, en mars dernier, à la présidence du Groupement interpatronal du Cameroun (Gicam), Protais Ayangma Amang n’aura pas le temps de s’ennuyer. Élu, en février 2008, président de la Fédération des sociétés d’assurances de droit national africaines (Fanaf).

Protais Ayangma
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut