Société › Faits divers

Cameroun: Quatre violeurs arrêtés à Yaoundé!

Âgés entre 23 et 24 ans, ces malfrats ont reconnu avoir violé madame Engoulou

Fin de parcours pour Miampel Doumo Laurentin alias Papy, Chounong Lyonel alias Zizou, Mefoug Ulrich Giraldin alias Wess, et Abouna Ndjalla Pierre Célestin alias Satan. Les quatre hommes âgés entre 22 et 23 ans s’étaient spécialisés dans les agressions et les viols. Les éléments du commissariat du 4ème arrondissement au quartier Ekounou vont mettre fin à leur périple après qu’ils soient passés aux aveux pour le forfait commis sur Mme Engoulou.

Le film de l’histoire se déroule dans la nuit du 22 au 23 février 2009. Mme Engoulou, âgée de 37 ans est agressée et violée alors qu’elle se trouvait non loin du domicile de sa copine à l’avenue Germaine au quartier Essos à Yaoundé. Il était environ une heure du matin, quand cette dame qui est venu passer ses congés au Cameroun, s’est rendue au domicile de son amie pour une dernière soirée festive avant son départ le lendemain pour la France où elle vit à Saint Julia. D’après les dire du commissaire du 14ème arrondissement, Yaya Mahonde, c’est en entrant dans son véhicule après avoir absenté sa copine qu’elle va se retrouver encerclée de toutes parts par trois motards. Ces derniers l’ont obligé à descendre du véhicule, et elle a obéit. Les malfrats se sont donc emparés de son sac qui contenait une somme de 100 000 Fcfa, deux billets d’avion, trois passeports, une carte bancaire, deux téléphones portables, sa carte nationale d’identité et tous ses bijoux. Ses bourreaux ont pris tous ce butin. Apparemment insatisfaits, ils vont la violer sous la menace d’une arme blanche. Chacun des malfrats est passé à son tour pendant une heure de temps. Mme Engoulou n’avait plus que ses yeux pour pleurer.

Elle est rentrée chez sa mère au quartier Ekounou où elle a porté plainte le lendemain contre inconnue. Dès cet instant, une enquête a été ouverte. Suite à des fouilles sur les lieux du forfait, les policiers ont retrouvé le sac de la jeune dame. A part les deux téléphones portables, les bijoux et l’argent, le sac contenait encore toutes ses pièces d’identité. C’est finalement grâce à un chauffeur de taxi, frère de l’un des malfrats que les policiers vont arrêter les hors la loi, dénoncés par l’un des leurs. Lors d’une perquisition au domicile de l’un des malfrats sis au quartier Mimboman plus précisément au lieu dit Chapelle Mimboman, les éléments de la police vont retrouver des bijoux volés et les armes blanches, preuve de leur culpabilité.

Yaoundé
www.souvenirducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut