Société › Kiosque

Cameroun: Revue de la presse du vendredi 05 août 2011

Au menu cette semaine, la présidentielle, les primes académiques, les radiés de l’armée, la drogue saisie et une grand-mère qui fait fuir les braqueurs

La présidentielle de 2011 est toujours d’actualité dans les rédactions camerounaises. Le quotidien bilingue national Cameroon Tribune annonce qu’: « ELECAM donne des assurances sur l’organisation de la présidentielle». Le journal explique que: les dispositions sont déjà prises afin d’assurer le meilleur déroulement possible des prochaines échéances. Le quotidien Mutations écrit: « Présidentielle 2011: Issa Tchiroma et Fame Ndongo lancent la campagne de Paul Biya ». Pour le journal:le Cabinet civil a confié à ces deux ministres le pilotage du marketing du président de la République dans les médias d’Etat. Le journal annonce aussi que: « Présidentielle 2011: Le Cabinet civil commande une évaluation de l’Appel du peuple ». Il s’agit de questionner la sincérité et l’impact des motions appelant à la candidature de Paul Biya selon ce journal. Pour le quotidien Le Jour: « La date de la présidentielle 2011 en débat ». Il explique que: le Manidem et le Pdc réclament un report, le député Ayah Paul s’y oppose, le Rdpc reste muet, le politologue Aboya Manassé met en garde le chef de l’Etat. Pour La Nouvelle Expression: « Présidentielle 2001: Un obstacle juridique au report ». Selon lui: la loi fondamentale n’autorise pas cette possibilité qui suppose une révision constitutionnelle, selon des analystes. L’un d’eux y voit un piège tendu à Paul Biya.

Le paiement des primes académiques fait trop de bruit. Le Jour annonce que: «Des étudiants en colère». La raison: suite au rejet de 6500 noms de l’université de Yaoundé I, ils ont manifesté pendant 8 h devant le rectorat. A Douala aussi, a continué le journal:les paiements de la prime d’excellence académique n’ont pas débuté à l’université de Douala vendredi, 29 juillet 2011, comme annoncé. L’on a plutôt assisté à des manifestations d’étudiants mécontents devant le rectorat. Pour Mutations, à Douala: «Les étudiants bloquent l’entrée de l’université ». Il dit qu’: ils ont dressé des barricades pour revendiquer leurs noms sur les listes des bénéficiaires. Et à Yaoundé II, a continué le journal:ces derniers dénoncent des irrégularités dans l’attribution de la bourse spéciale. Pour La Nouvelle Expression: « Les étudiants séquestrent Bruno Bekolo Ebé ». Car: beaucoup de ceux qui ont les noms sur les dites listes ne sont réellement pas des étudiants méritants. Ils sont nombreux ceux qui ont repris le niveau 2 et qui ont leurs noms sur la liste. Cameroon Tribune est certain que: « Plus de onze mille étudiants palpent les liasses de la Prime d’excellence académique à Douala ». Car: les paiements ont débuté lundi à l’université de Douala, malgré des manifestations de contestataires qui s’estiment lésés.

Les lésés, on en compte désormais au sein de l’armée camerounaise avec la radiation de 567 recrues de l’armée. Le Jour explique que: c’est du 26 au 28 juillet derniers que ceux-ci ont été radiés pour les motifs ci après: Maladie, inaptitude intellectuelle et physique. Ces recrues, à en croire certaines d’elles, ont été surprises. Mutations annonce plutôt: « Armée nationale: 401 inaptes physiques et 42 analphabètes radiés». Le Jour revient en annonçant: « Point sur la radiation de 443 recrues». Il affirme que:parmi ces recrues, 401 ont été déclarées inaptes physiques pour diverses affections incompatibles avec le métier des armes. Durant la formation, on a découvert que 42 autres étaient analphabètes, d’après Edgard Alain Mebe Ngo’o, le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense. Cameroon Tribune qui se demande: « Comment est-on arrivé à la radiation»? Le journal répond: le Mindef a fait savoir que conformément à la réglementation, tous ces contingents ont subi la contre-visite d’incorporation du 30 mai au 2 juin 2011 sous la responsabilité des chefs de Secteurs de santé militaire compétents, soit 53 jours après la rentrée des élèves sous-officiers et 44 jours après celle des élèves gendarmes et recrues des armées. Et les résultats de cette contre-visite, des tests d’aptitude intellectuelle et des contrôles des effectifs se présentent comme suit: 401 inaptes physiques pour diverses affections incompatibles avec le métier des armes; 42 analphabètes; 4 décédés; 2 déserteurs et 118 non rejoints (ils ne se sont pas du tout présentés). Pour La Nouvelle Expression:les informations données par le ministre délégué à la présidence de la République chargé de la Défense (Mindef) étonnent et intriguent en même temps.

Autre intrigue, c’est: «De la drogue saisie à l’aéroport» titre Le Jour. Mutations révèle que:une femme de nationalité thaïlandaise est actuellement gardée à vue à la Division régionale de la police judiciaire (Drpj) du Littoral à Bonanjo. La suspecte a été interpelée par la police dans la nuit de dimanche à lundi 1er août 2011 à l’aéroport international de Douala, alors qu’elle s’apprêtait à embarquer à bord d’un appareil de la compagnie Kenya Airways, à destination de Naïrobi au Kenya. Cameroon Tribune complète en écrivant qu’ on y découvre alors 5 sachets d’héroïne, estimés à près de 300 millions de Fcfa (en Suède, le gramme d’héroïne revient à 216 euros) qui se présentent sous forme de cristaux. Mais les services de la douane ont dû effectuer un test avec des réactifs pour déterminer que c’était effectivement de l’héroïne, qui n’avait jamais auparavant été saisie au pays. Miss Sasitorn explique que sa valise s’est détériorée, une fois arrivée au Cameroun. Et que, c’est le frère de son ami Nigérian, qu’elle est venue voir au pays, qui lui a donné la valise, objet du délit.

Le fait de société cette semaine est publié par Cameroon Tribune: « Une grand-mère met des braqueurs en fuite». L’histoire : haut de ses 82 printemps grisonnants, Maman Nataria N. a toutes les allures d’une « wonderwoman ». C’est que la brave dame a mis hors d’état de nuire cinq braqueurs qui s’étaient introduits nuitamment dans son domicile, pendant que ses petits-enfants venus passer les vacances regardaient la télé. De source proche de la famille, alors que les assaillants ont déjà retourné la maison dans tous les sens, empoché téléphones portables, argent et bijoux, il leur vient la brillante idée de violer toutes les femmes présentes. « C’est là que grand-mère est entrée en scène. Elle a commencé à enlever ses habits, invitant les braqueurs à commencer par elle», témoigne une des petites-filles de Maman Nataria. Selon la même source, la vieille dame, avouant être en manque de rapports sexuels depuis des années, aurait déclaré qu’un peu de sang neuf ne lui ferait pas de mal. Que croyez-vous que les bandits ont fait? Déroutés par l’attitude entreprenante de la mémé, ils ont pris la poudre d’escampette, l’invitant à rester sur place « avec sa malchance et sa sorcellerie ». Dans la foulée, les objets arrachés quelque temps auparavant à la famille sont oubliés sur place.

La présidentielle de 2011 est toujours d’actualité dans les rédactions camerounaises
Cameroon-Tribune)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé