Société › Kiosque

Cameroun: Revue de la presse du vendredi 27 janvier 2011

La présidentielle, le syndrome tunisien en société, l’Afrique du sud en économie et l’affaire Emana en sport constituent le menu de cette semaine

« Présidentielle 2011: Les gouverneurs seront présents » titre le quotidien privé Mutations. Selon le quotidien: à l’ouverture de leur conférence semestrielle, ils ont été invités à se préparer à l’encadrement et l’accompagnement du processus électoral. Le quotidien Le Jour qui titre:« Les gouverneurs préparent la présidentielle ». Selon Marafa Hamidou Yaya, le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, qui préside les travaux, nous allons discuter avec les gouverneurs et voir quel est l’état de la sécurité sur l’ensemble du pays. Quant au quotidien national bilingue Cameroon Tribune, il annonce tout simplement que: « Les gouverneurs de région en concertation à Yaoundé ». Les travaux qui vont se dérouler au palais des Congrès, vont tourner autour du thème central ordre public, sécurité, protection des personnes et des biens: enjeux et nouveaux défis. Il s’agit là des questions qui, à première vue, peuvent paraître routinières, mais qui sont au c ur même de la nécessaire concertation entre ces hautes autorités régionales et l’autorité centrale s’agissant du maintien de la paix dans notre pays.

Le syndrome tunisien menace de faire son entrée au Cameroun. Mutations titre à sa petite une de la parution du lundi 24 janvier: « Paul Eric Kingue menace de s’immoler ». Mais avant:[ l’ancien maire de Njombé-Pendja incarcéré à New-Bell a écrit à l’ambassadeur des Etats-Unis et à la Cour suprême] a continué le journal. Après cet avertissement, selon Le Jour: « La Dgre entend Paul E. Kingué ». Hier, lundi 24 janvier 2011, l’ex-maire de la commune de Penja, Paul Eric Kingué, a été interrogé pendant plus d’un quart d’heure par le chef d’antenne de la Direction générale de la recherche extérieure (Dgre) pour le Littoral. Le 19 janvier 2011, Kingué a écrit au premier Président de la Cour suprême du Cameroun, Alexis Dipanda Mouelle. Dans ladite correspondance dont ampliation est faite au chef de l’Etat, il affirme qu’il va se suicider avant les prochaines élections si justice ne lui est pas rendue. Selon une source contactée par Le Jour, l’interrogatoire du détenu a porté essentiellement sur ces correspondances. Le quotidien Mutations qui évoque une intimidation explique que:la police lui reproche d’avoir lié son intension de s’immoler à l’élection présidentielle de 2011. Pendant près de 60 minutes, nous avons eu un échange courtois. Il m’a demandé pourquoi est ce que je voulais m’immoler et pourquoi est ce que j’ai mis cet acte en rapport avec l’élection présidentielle de 2011. Il était question pour lui de me faire changer d’avis, raconte Paul Eric Kinguè. Quant à moi, je souhaite que le dossier de l’affaire de détournement de 1.4 millions Fcfa à la mairie de Njombé soit ramené de Nkongsamba et que cette affaire soit jugée sans pression politique. Ce n’est qu’à cette condition que je peux revenir sur ma décision, confie t-il. En plus de cette visite peu ordinaire, celui qui menace fermement de s’immoler dit avoir reçu plusieurs coups de fil de nombreuses Organisations non gouvernementales (Ong) des Droits de l’homme qui veulent s’enquérir de la situation. Malgré ces soutiens multiformes, l’homme a le moral bas. Je suis d’habitude très courageux, mais cette fois ci, je ne suis pas du tout bien moralement, confie t-il, le visage pâle et l’air abattu.

La visite des Sud-africains n’est pas passée inaperçue dans la presse nationale. Cameroon Tribune plante le décor:« Affaires: une mission Sud-africaine au Cameroun ». Ainsi: Plusieurs domaines sont concernés par la mission économique sud-africaine arrivée à Douala la capitale économique samedi dernier. Santé, mines, infrastructures, hydrocarbures, foresterie, agro-industries, télécommunication, finances, etc. Au cours de leur séjour, la délégation sud-africaine aura des échanges avec les opérateurs économiques camerounais à Douala, du 24 au 25 janvier et à Yaoundé du 26 au 27 janvier. Ces échanges seront couronnés par la signature de certains protocoles d’accord et de contrat entre les opérateurs économiques des deux pays. La mission économique sud-africaine au Cameroun est conduite par Elizabeth Thabathe, ministre délégué auprès du ministre en charge de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie. Pour Mutations: « Le Cameroun veut redresser sa balance commerciale sur l’Afrique du Sud ». Il explique par exemple que: Nakadi Jabbie, directrice général de Life protection equipment, une entreprise sud-africaine qui fait partie de la trentaine d’hommes d’affaires Sud-africains dit que son objectif est clair, nous sommes là pour faire des affaires… Pour La Nouvelle Expression, il est plutôt question de: « Poisson: Des Sud-Africains pour approvisionner le marché camerounais » Au sortir de cette entrevue, où il a été question pour les investisseurs sud-africains de voir comment écouler leur poisson dans le marché camerounais, les deux sociétés de pêche se sont engagées à renforcer l’approvisionnement du marché local en quantité et qualité, explique Célestine Ketcha Courtes, administratrice directrice générale de Queen Fisheries, qui les accompagnait pour la circonstance.

Quant à l’affaire Achille Emana en sport, La Nouvelle Expression pense qu’ « Emana: Entre le marteau et l’enclume » Comme au sein de la tanière, l’animosité entre la Fecafoot et le Minsep contre Achille Emana se nourrit de ranc urs et d’erreurs d’appréciation qui voilent un déficit managérial des Lions. L’affaire Emana met aujourd’hui en scène la Fédération camerounaise de football, Fecafoot et cet international camerounais. Ce dernier a assez de choses à dire. Il a commis son conseil au siège de la Fecafoot où il était convoqué. L’affaire reste pendante devant la justice de la Fecafoot, notamment son instance en charge de la discipline au sein des équipes nationales. A l’origine ces deux parties, Fecafoot et Emana sont divisés comme les Lions indomptables par des ranc urs, rancunes, des malentendus qui ont entraîné entre autres des problèmes d’humeur. Pour Mutations: « Achille Emana n’a jamais accordé d’interview ». Le journal explique que:s’il n’a jamais répondu à la demande d’explication que la Fécafoot lui a adressée il y a quelques semaines, avec ampliation à la Fédération internationale de football(FIFA), la Confédération africaine de football( CAF) et la fédération espagnole de football, après l’interview accordée à Sofoot, Achille Emana n’a pas couru le risque de continuer à adopter une attitude méprisante à l’endroit des dirigeants du football camerounais. ainsi pendant près d’une heure de temps, Me Nouga son avocat s’est expliqué devant les membres de cette commission. Il a clairement indiqué que le Lion indomptable n’a jamais accordé d’interview à cette presse cybernétique.

Le fait de société cette semaine est publié par Le Jour: « Il marche pour Gbagbo » [i Il est boiteux, et s’appuie sur deux cannes pour se déplacer. Vêtu d’un tricot blanc sur lequel on pouvait lire le président Gbagbo, l’Africain, Jules Tchabat, 60 ans, a effectué une marche mardi dernier, vers 16h, en pleine chaussée, sur l’itinéraire qui part de la Sonel centrale au bois Sainte Anastasie à Yaoundé, pour soutenir Laurent Gbagbo. Jules Tchabat est un ancien officier de l’armée, actuellement cadre à Aes Sonel à Yaoundé.


Journalducameroun.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé