Société › Kiosque

Cameroun: Revue de la presse du vendredi 31 décembre 2010

Le nouvel an, l’arrivée des Américains d’origine camerounaise au pays et les prêts d’argent au gouvernement ont fait le menu

« Des préparatifs moroses à Yaoundé pour le Nouvel an » annonce le quotidien bilingue national Cameroon Tribune. Il explique que: Dans les marchés, on ne note pas beaucoup d’achat et les populations déclarent vouloir rester à la maison pour le réveillon. La Nouvelle Expression de Sévérin Tchounke constate également qu’à: « Ya-fe 2010 : Les affaires ne sont pas si bonnes » Affluence en baisse, coûts de location élevés, activité économique morose, les comptes de la foire internationale de Yaoundé ne semblent pas au mieux une semaine après le début de l’événement. Après l’euphorie et les records d’affluence enregistrés les 24, 25 et 26 décembre derniers, les couloirs d’accès au site de Ya-fe n’accueillent pas grand monde ce lundi après-midi. A l’intérieur, la balade est plutôt aisée. Les tenanciers des stands dédiés à la restauration et aux brasseries s’affairent au nettoyage des verres, plats et autres ustensiles de service ; tandis dans les autres stands, on essaie de convaincre les visiteurs qui veulent bien s’arrêter. Le quotidien Mutations d’Alain Blaise Batongue qui s’est intéressé à l’aspect relationnel de la fête estime qu’: « Amitié : Les cartes de v ux ne trouvent plus preneurs » cette affirmation due au fait qu’: à quelques jours de la célébration du nouvel an, les commerces et étals des cartes de v ux ne connaissent toujours pas d’affluence. Le 27 décembre matin, à la rue Joffre, les commerçants attendaient encore de potentiels clients. C’est d’ailleurs la même ambiance au marché central de Douala.â€,Les personnes qui s’arrêtent à mon comptoir, ne sont préoccupées que par les papiers cadeaux et les ficelles, pour l’emballage des divers cadeaux. Très peu s’intéressent aux cartes, indique Adolphe, un vendeur. De toute évidence, l’entrée dans la nouvelle année se célèbrera au Cameroun quelque soit les conditions et avec les Camerounais nouvellement arrivés au pays.
Il s’agit des noirs Américains d’origine camerounaise qui ont foulé la terre de leurs ancêtres pour la première fois. La Nouvelle Expression relate qu’: Il était environ 18h 20 ce lundi 27 décembre 2010, lorsque le vol air Bruxel a atterrit à l’aéroport international de Douala avec à son bord 54 noirs américains venus se ressourcer sur la terre de leurs ancêtres. I am Tikar (je suis Tikar), a lancé Berty dès qu’elle a foulé le sol du Cameroun. L’émotion était grande. Tous étaient contents de voir leurs frères restés sur place au pays. Ils sont Tikar, Bamiléké, Haoussa, Bamoun, Bassa. Mutations parle des : « Racines : 40 Américano-Camerounais retrouvent leur pays d’origine » Après Eddy Murphy, Spike Lee, Quincy Jones, tous trois acteurs et producteurs américains de renom, la liste des noirs américains d’origine camerounaise s’allonge. Fort du résultat de leur test d’Adn, plus de 40 nouveaux compatriotes de Manu Dibango ont entrepris un long voyage pour l’Afrique, le Cameroun, pays de leurs ancêtres esclaves. Cameroon Tribune a plutôt choisi de donner la parole à Alvine Ava, la présidente ARK Jammers Connection, qui a organisé ce grand rendez. Selon elle: il s’agit d’offrir la possibilité à ceux qui ont retrouvé leurs origines pas les tests ADN de renouer avec leurs ancêtres d’une part, et d’enrichir le Cameroun d’une autre partie de sa diaspora qu’il ne connaissait pas.

L’économie a été marquée cette semaine par les mouvements de prêt et de réception d’argent par le gouvernement
Cameroon Tribune annonce « Chine-Cameroun: Un accord de financement de 1,5 milliard de Fcfa signé » Des fonds octroyés par la République populaire de Chine, vont servir à la réalisation des projets de coopération économique et technique. La Nouvelle Expression quant à elle titre : « Coopération : La Chine offre un milliard de francs au Cameroun » Selon son explication: C’est une enveloppe de 20 millions de yuans Renminbi, la monnaie chinoise, que le gouvernement chinois a octroyé au gouvernement camerounais. Un don sans contrepartie, a insisté Xue Jinwei, l’ambassadeur de la république populaire de chine au Cameroun, au cours de la cérémonie de signature d’une nouvelle convention entre les gouvernements des deux pays amis, au ministère de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire (Minepat). Ce qui devrait servir d’appui au pays ami engagé dans de grands chantiers. L’année 2011 sera marquée pour le Cameroun par la promotion ou le lancement d’une série de projets significatifs, a-t-il justifié. Citant entre autres les centrales hydrauliques de Lom Pangar, de Memve’le et de Mekin, des logements sociaux, le port en eau profonde de Kribi. Un cadeau de Noël, comme l’a baptisé Xue Jinwei lui-même, à un pays qui depuis des années, a déployé de grands efforts pour réaliser ces projets en vue d’améliorer les infrastructures socio-économiques du pays, afin de faire du Cameroun un pays émergent d’ici à 2035. Un projet pour lequel la Chine dit vouloir participer.
Concernant les prêts accordés au Cameroun, Cameroun Tribune titre: « Un prêt de 14,35 milliards de la Banque mondiale pour le développement urbain et l’eau potable » La signature de l’accord de financement a eu lieu mercredi à Yaoundé. Un nouveau décanteur sera construit sur le fleuve Nyong à partir de la station de pompage d’Akomnyada explique t-il. Mutations l’annonce en terme de nouveauté: « Cameroun-Banque mondiale: Un nouveau prêt de 14,35 milliards FCfa » Il s’agit en fait d’une espèce de rallonge. Et le projet qui bénéficie de ce financement additionnel date de 2008. Il y a donc deux ans, le gouvernement camerounais s’était engagé à améliorer le cadre de vie des populations en zone urbaine et notamment l’accès à l’eau potable. Enfin annonce Mutations: « Lutte contre le Sida: Le Fonds mondial réhabilite le Cameroun » Selon un communiqué du ministère de la Santé, le pays a bénéficié d’une aide globale de 150 milliards de Fcfa pour combattre le sida, le paludisme et la tuberculose.

En fait de société cette semaine, Cameroon Tribune raconte qu’« Un enseignant traîné en justice pour le vol d’un ordinateur» L’affaire, telle que présentée par l’accusé mardi dernier au tribunal de première instance de Yaoundé centre administratif, remonte au mois de septembre 2008. Le jour des faits, aux environs de 12 h, le prévenu s’est rendu dans un cybercafé pour saisir un travail de recherche. A cette heure, toutes les secrétaires sont prises. Au lieu d’attendre, il décide de laisser son document pour la saisie en promettant le récupérer quelques heures après. C’est lorsqu’il revient que les dames lui parlent d’une affaire de vol d’ordinateur qu’il ne reconnaît pas. Pourtant, deux jours après, toujours selon ses dires, les gendarmes arrêtent son frère cadet en son absence, afin qu’il se présente et remette l’ordinateur qu’il aurait dérobé. Cependant, selon le récit du procureur de la République, pendant l’audition, les témoins ont affirmé que Georges V, était assis à côté de l’étudiante en question, et qu’il a profité du moment où elle est allée acheter une boisson pour ramasser l’ordinateur et s’en aller. Ce que l’accusé nie. L’affaire qui se déroulait en l’absence de la plaignante, a été mise en délibéré pour le 8 février prochain.


Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut