Société › Kiosque

Cameroun: Revue de la presse du vendredi 7 octobre 2011

Campagne électorale, grand prix Chantal Biya, Moustiquaires imprégnés et en fait divers un homme qui meurt pour 800.000 Fcfa… Voilà le menu!

Maroua accueille Paul Biya. La Nouvelle Expression annonce Présidentielle 2011: Voici pourquoi Paul Biya choisit Maroua. Le journal explique ce début de campagne dans le grand nord par le fait que cette partie du pays est un vivier électoral avec plus d’un million d’inscrits sur les listes électorales cette année. De son côté, Le Jour révèle que Chaque militant Rdpc des départements du Logo et Chari ainsi que ceux du Mayo Danay qui participeront au meeting de Paul Biya percevra la somme de 5 000 francs CFA et aussi un pagne à l’effigie du parti au pouvoir. Cela leur sera remis par les élites de ces localités. Cependant, la campagne de Paul Biya empêche d’autres candidats de l’opposition de faire la leur. Yaoundé-Nsimalen : Fru Ndi, Ekindi et Kah Walla bloqués à l’aéroport barre Mutations à sa grande une de jeudi. Le journal d’Alain Blaise Batongué dit mercredi, au second jour de la visite du candidat du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), Jean Jacques Ekindi (Mouvement progressiste), Ni John Fru Ndi (Social democratic front) et Kah Walla (Cameroon people’s party) ont été immobilisés pendant plus de 8h à l’aéroport de Yaoundé-Nsimalen, dans l’attente du décollage d’un avion de Camair-Co. Une nouvelle affaire qui fait mijoter la colère sur les fourneaux des adversaires de Paul Biya. La Nouvelle Expression pour sa part, [i Jean-Jacques Ekindi et John Fru Ndi sont deux victimes collatérales de la présence du candidat Paul Biya du Rdpc à Maroua. Conséquence, le calendrier des manifestations de ces deux candidats s’en trouve perturbé. Y voyant une man uvre insidieuse du camp Biya], le Sdf comptait saisir un huissier pour établir un constat. Le Messager va dans la même lancée et titre Fru Ndi et Jean-Jacques Ekindi bloqués à l’aéroport de Yaoundé. Le journal de la rue des écoles revient sur les conditions dans lesquelles les deux candidats ont voyagé et précise que Des sources dignes de foi font état de ce que Fru Ndi et Ekindi ont au finish pu s’envoler pour le grand Nord.

Yves Ngué Ngock remporte le grand prix Chantal Biya Yves Ngué Ngock, vainqueur du Grand prix cycliste international Chantal Biya titre Cameroon Tribune. Pour le journal de Marie Claire Nnana Vendredi dernier, ce rouleur est allé plus vite que les autres 60 coureurs ayant pris le départ de l’épreuve. Après huit ans de pratique de vélo, Yves Ngué Ngock, 22 ans, tel un meneur de jeu, remporte enfin son véritable premier prix. Il est l’un des cadres de l’équipe du Cameroun, avec Damien Tekou et Hervé Raoul Mbah. Il ne reste plus qu’au successeur de Martinien Tega, vainqueur en 2010, d’étoffer son palmarès. Cependant, le journal Mutations relève des problèmes qu’ont connu cette compétition Toutefois, au départ de la 3ème étape hier matin à Sangmélima, les coureurs des trois équipes camerounaises ont manifesté un mouvement d’humeur. Ils revendiquaient le paiement de leur prime de participation à cette course. La Nouvelle Expression va plus loin Les cyclistes remontés contre le comité d’organisation du grand prix Chantal Biya tel est le titre choisit par ce quotidien. Le journal de Sévérin Tchounkeu dit que les cyclistes et la fédération sont à couteaux tirés Une réunion de crise a eu lieu au ministère des Sports et de l’éducation physique. Deux jours après la fin de la 11ème édition du Grand prix cycliste international Chantal Biya, les cyclistes camerounais n’ont reçu que la moitié de leurs primes de participation. En tout 250.000F chacun, au lieu de 500.000F CFA qui leur a été proposés. 50% des primes que les cyclistes n’ont pu avoir qu’au terme d’une réunion de crise tenue hier en début d’après-midi, entre d’une part les cyclistes de Douala vélo club et de Cyclo sport 53-11, et de l’autre, des responsables du ministère des Sports et de l’éducation physique (Minsep), François Njélé, le président de la Fédération camerounaise de cyclisme (Fécacyclisme). La 11ème édition du grand prix cycliste Chantal Biya qui a vu la victoire du camerounais Yves Ngue Ngock s’est déroulée sur fond de campagne électorale. Le Jour relève des indiscrétions Le ministre des Sports et de l’éducation physique Michel Zoah était absent lors du lancement du grand prix Chantal Biya. Le quotidien d’Haman Mana dit également Avant l’arrivée de la première dame, François Njélé, le président de la fédération camerounaise était coiffé d’un chapeau aux couleurs de l’un des partenaires de la Fécacyclisme. 20 minutes avant l’arrivée de Chantal Biya, des militaires ont fait changer de chapeau à François Njélé en lui remettant une casquette aux couleurs du RDPC .

La distribution de moustiquaires imprégnées à longue durée d’action est lancée. De nombreuses familles sous moustiquaire c’est le titre choisit par Cameroon Tribune. Le journal de la route de l’aéroport déclare que La campagne de distribution, lancée le 28 septembre dernier dans le Centre, fait déjà des heureux. Elle est effective. Mutations affirme le contraire d’où son titre Yaoundé : Controverse autour de la distribution des moustiquaires. Le quotidien d’Alain Blaise Batongué explique que Des couacs et plaintes se font entendre aussi bien chez les bénéficiaires que chez les équipes chargées de cette opération sur certains sites. Les personnes dénoncent aussi des actes de corruption, de tribalisme et de discrimination. Le jour indique dans sa titraille que Les moustiquaires se monnayent et qualifie cette opération de filouteries. Le journal prend un exemple dans un quartier de la ville de Yaoundé Des habitants du quartier Anguissa, dans l’arrondissement de Yaoundé IVème ont dû débourser jusqu’à 1. 000 FCFA pour rentrer en possession de ce produit pourtant gratuit. La phase d’approvisionnement entachée d’obstacles écrit Le Messager. Une opération qui, malgré sa forte préparation, rencontre de nombreux problèmes de logistiques.

Le fait divers est celui du quotidien Popoli qui relate Douala : Il meurt pour 800.000 francs qu’on lui a volé. Le désormais macchabée Simon Pom veuf et père de plusieurs rejetons, est l’un des déflatés de la société crevette du Cameroun. A la suite de cette mésaventure, il trouve un emploi dans une société de bananeraie à Tiko, dans le Sud-Ouest. Il laisse donc les enfants à Douala et s’oblige de leur rentre visite de temps en temps. Le 02 Octobre dernier, il part de son lieu de travail avec la rondelette somme de 800.000fcfa non sans prendre rendez-vous avec son charpentier à Douala question de tôler sa maison en construction. La voiture qu’il emprunte a trois personnes à bord. Quelques mètres après avoir décollé, le chauffeur déclare avoir oublié un sac puis s’en excuse et demandant aux passagers de lui accorder une légère indulgence. Il fait donc demi-tour pour aller chercher le sac mystérieux. Ledit chauffeur après avoir changé de route, fonce dans la brousse en grande vitesse. La cinquantaine dépassée, Pom Simon a été hypnotisé et dépouillé de son argent. Lâché dans la brousse, il retrouve la route grâce à des villageois qui rentraient des champs. Il arrive donc à Douala non sans raconter à ses enfants et son entourage ce qui lui est arrivé. L’âme en peine, il fonce dans une buvette et boit une bière. Une fois de retour chez lui, il s’écroule et meurt. Son corps a été conduit à la morgue de l’hôpital Laquintinie de Douala.

John Fru Ndi (Social democratic front), Kah Walla (Cameroon people’s party et Jean Jacques Ekindi (Mouvement progressiste) ont été immobilisés pendant plus de 8h à l’aéroport de Yaoundé-Nsimalen, dans l’attente du décollage d’un avion de Camair-Co
quotidienmutations.info)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé