› Politique

Cameroun – Roméo Dika : « les campagnes du RDPC sont financées par la SNH »

Roméo Dika, démissionne du RDPC

Dans sa lettre de démission servie  le 7 septembre 2020 à Paul Biya le président du parti au pouvoir, le musicien révèle que le Rassemblement démocratique du peuple camerounais puise dans l’argent du pétrole camerounais pour organiser ses campagnes électorales.

Roméo Dika dit Adieu à Paul Biya, le président national du Rassemblement démocratique du peuple camerounais. Dans la lettre qu’il lui a adressé le 7 septembre dernier, le musicien qui revendique 35 ans de militantisme au sein du RDPC fait une révélation fracassante. « Si les ex camarades se comportent en responsables sans attaques je garderai mon calme mais s’ils m’attaquent comme ils ont commencé tous les financements de la SNH (Société nationale des hydrocarbures) aux campagnes du RDPC seront avec preuves dans la rue », prévient-il.

L’auteur du « mari de ma femme » claque les portes du parti au pouvoir en protestation à ses prestations non-payées depuis 2004. Précisément la mobilisation des artistes pour la campagne électorale en vue de la présidentielle de 2004 « Après avoir accepté toutes les humiliations pour vous. Après avoir patienté 16 ans durant de voir la situation évoluer, vos trois promesses de me faire payer n’ayant pas été tenues, j’ai constaté que ne faisant pas partie des cercles ésotériques, ma situation au sein du RDPC auquel j’ai adhéré en 1986 par idéal ne peut évoluer. L’espoir s’est éloigné des principes pour lesquels j’avais adhéré », dit-il au président Paul Biya.

Louis Roméo Ndoumbe Dika de son nom complet, laisse davantage palper son chagrin en indiquant qu’il n’attend plus rien du RDPC, même pas des honneurs à titre posthume lorsqu’il  va trépasser.  « Si je décède qu’aucune médaille du renouveau ne me soit attribué à titre posthume car de mon vivant après 35 ans de carrière couronnées de trois disques d’or et deux disques de platine et produit plus de 95 artistes ma contribution pour la promotion de la culture nationale n’a pas été reconnue donc elle ne devra pas être reconnue après ma mort », a-t-il consigné dans sa lettre  tel  dans un testament.


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé