Société › Faits divers

Cameroun-sacrilège : fessée publique administrée aux fidèles d’une église

Des personnes fessées pour avoir brulé des cranes
Scène de lamentation dans une chefferie traditionnelle (Photo d'archives)

Ils sont  accusés d’avoir brulé les crânes des ancêtres conservés  dans une chefferie dans la région de l’Ouest.

 

La vidéo fait le tour de la toile depuis le week-end dernier. Elle montre des personnes ayant des mains ligotées derrière le dos, les pieds attachés. A la place publique, Ils reçoivent une correction à coups de bâtons des hommes robustes, sous le regard d’une foule de curieux. La scène se déroule dans la ville de Bafang, département du Haut-Nkam, région de l’Ouest.

A l’origine de cette fessée, des accusations mettant en avant la profanation du sacré. En effet, ces fidèles d’une église sont accusés d’avoir brûlé les crânes des ancêtres gardés à la chefferie Nka. Ils sont  entrés dans la case sacrée traitant des reliques ancestrales auxquelles le peuple voue un culte, d’être en opposition avec leur religion.

Un sacrilège qui selon la chefferie mérite bien une sanction. Les fidèles, présumés auteurs des faits, ont été rattrapés par la population avant de subir le traitement.

Dans la région de l’Ouest, la population reste encore fidèle à la tradition. Celle-ci dans certaines localité voudrait que les crânes des ancêtres soient exhumés et gardés dans la case sacrée des chefferies ou alors dans un espace réservé à l’intérieur des domiciles privés.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé