Société › Société

Cameroun: Sanctions contre le mauvais usage des véhicules administratifs

Certains fonctionnaires les utilisent pour des activités privées

Le constat est clair, les véhicules administratifs sont très mal utilisés par nombre de fonctionnaires Camerounais. Ainsi au lieu de servir à des fins auxquelles ces véhicules sont destinés, ils sont généralement utilisés pour des fins en déphasage avec leurs missions principales. Ainsi on les retrouve dans des parkings des domiciles privés. Les weekends par exemple, les responsables de l’administration camerounaise, se pavanent avec ces véhicules administratifs au mépris des lois et normes en vigueur au Cameroun. En plus ces véhicules sont souvent utilisés pour des cérémonies, le transport des marchandises de la famille du village vers la ville. Le ministère des domaines et des Affaires foncières en collaboration avec le ministère des finances, s’engage ainsi à traquer tous les occupants illégaux de ces véhicules administratifs. Depuis ce lundi 1er juin 2009, les services du Ministère des domaines et Affaires foncières que dirige, Pascal Anong Adibimé, sillonnent les rues de la capitale en vue de saisir tout véhicule administratif abusivement utilisé ou qui n’aurait pas de papiers en règle. L’opération de contrôle de l’utilisation de ces véhicules administratifs devra s’étendre sur l’ensemble du territoire national. Yaoundé étant la capitale politique du Cameroun, il était donc normal que cette opération de contrôle commence par la ville aux sept collines, pour que tous ces véhicules CA ne soient plus utilisés comme des biens personnels, mais plutôt comme les véritables biens de l’état.

Selon le décret présidentiel signé le 1er août 1974, relatif à l’utilisation des véhicules administratifs, les pièces qu’il faudra dorénavant présenter lors des contrôles de vérification sont entre autres, un carnet de bord du modèle fixé par le ministère des Finances, une autorisation de circuler permanente ou temporaire délivrée par le Mindaf et faisant ressortir les noms et prénoms du conducteur, les noms et qualité des occupants et la destination, une carte grise spéciale du modèle réglementaire. A cela il faut ajouter un ordre de mission, dans le cas où le véhicule est amené à être contrôlé hors de son périmètre réglementaire. Le ministre Pascal Anong Adibimé prévoit des sanctions disciplinaires à ceux des utilisateurs frauduleux de ces véhicules administratifs. Des sanctions qui peuvent aller jusqu’au retrait du véhicule. Les Faussaires pourront aussi payer des amendes financières.

En cas de défaut de présentation d’une carte grise, par exemple, les contrevenants pourront payer 12000 F si le véhicule se trouve dans le périmètre urbain, et 20 000 F si celui-ci se retrouve hors du périmètre notamment au-delà d’un rayon de 10 km de la résidence habituelle. L’absence d’un carnet de bord par exemple peut conduire le contrevenant à payer une amende de 5000 F dans le périmètre urbain et une amende de 10 000 F en dehors. Et si le conducteur du véhicule administratif n’est pas détenteur d’une autorisation de circuler, il devra payer une contravention de 20 000 F ou 25 000 Francs CFA. Les prescriptions du Ministre Pascal Anong Adibimé, prévoit aussi la saisie de ces véhicules qui seront immédiatement conduits dans les garages administratifs. C’est une action salutaire qui, on l’espère viendra mettre fin à la mauvaise utilisation des biens de l’état par des fonctionnaires véreux et des prévaricateurs de tout genre.

une voiture administrative,dans un marché.
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut