Santé › Actualité

Cameroun: Sanofis verse plus de 19 millions pour le combat contre l’épilepsie

Cet argent va contribuer à la prise en charge de cette maladie neurologique chronique sévère dans le pays

La lutte contre l’épilepsie s’intensifie au Cameroun. La firme pharmaceutique Sanofis Adventis a remis au gouvernement camerounais une somme de plus de 19 098 968 Fcfa. Une somme devant contribuer à accentuer la lutte contre cette maladie au Cameroun. A travers la prise en charge des malades et une réduction des médicaments de 70% du prix actuel entre autres. Cette somme dont l’ordre de versement dans la banque camerounaise a été signé le 28 avril 2009, ne représente que l’avance de la somme promise par Sanofis. Et c’est l’une des retombées du protocole d’accord signé le 5 mars 2009 entre le ministère de la Santé publique et Sanofi Aventis.

Cette convention avait pour but d’éradiquer cette maladie neurologique chronique sévère au Cameroun, par l’amélioration de la prise en charge. Un projet qui a une durée de vie de trois ans renouvelable. Pour atteindre cet objectif, chacune des deux parties avait sa partition à jouer. Pour le Minsanté, il était question d’assurer l’achat des produits dans le cadre du Programme national de lutte contre l’épilepsie ; d’identifier et de stabiliser le personnel en charge du projet dans les zones endémiques et notamment dans la zone pilote, et mettre à sa disposition la logistique adéquate ; de promouvoir les personnels du réseau et les fixer à leur poste, comme l’expliquait le Dr Ndong Ngoe du ministère de la Santé.

Sanofis Aventis pour sa part s’engageait à appuyer le Minsanté dans la fourniture d’une boîte à outils (kit de formation dans un premier temps, carnet de suivi ensuite à Q2/Q3 2009) qui permettrait la formation des médecins, puis des personnels de Santé qui seront chargés de diagnostiquer des cas épileptiques ; la mise en place d’un système de surveillance épidémiologique dans la zone pilote (avec état des lieux de la fréquence de l’épilepsie, suivi des patients pris en charge, suivi de l’adhésion au traitement) ; l’expérimentation du Projet dans une zone pilote où la prévalence de la maladie est élevée via une formation, et avec la fourniture de médicaments à des prix préférentiels ; le financement de la formation d’une durée de trois jours par an pendant trois ans, six médecins spécialistes de l’épilepsie pour une formation qualifiante (les médecins ne devront pas être nécessairement des neurologues) ; Le financement de ces différentes étapes par le budget y afférent tel qu’indiqué au Protocole. Cette firme pharmaceutique devait aussi fournir de la Dépakine, antiépileptique majeur, à des prix préférentiels aux populations qui en souffrent. Il faut noter que la Dépakine ne se retrouve pas encore dans le Système national d’approvisionnement en médicaments essentiels au Cameroun. Sanofi-Aventis s’engage également à faire homologuer ces médicaments.

La somme de plus de 19 millions versée par Sanofis va donc permettre de résoudre en partie toutes ces équations. Cet argent permettra de lutter contre cette maladie dans les zones dites pilotes où le taux de prévalence est le plus élevé au Cameroun. Il s’agit notamment de six districts de santé choisis dans la région du Centre. Plus précisément dans les départements du Mbam et Kim, du Mbam et Inoubou et de la Lékié.


journal du Cameroun)/n
À LA UNE
Retour en haut