Opinions › Tribune

Cameroun: Nous serons ce que nous aurons fait de notre passé

Vincent-Sosthène Fouda, DR

La construction identitaire nationale chez les Camerounais d’aujourd’hui est intimement liĂ©e aux changements politiques intervenus en 1982 avec l’arrivĂ©e de Paul Biya au pouvoir.

Ce rĂ©gime long de 35 ans a provoquĂ© un changement de paradigme d’un modèle social et culturel, imprĂ©gnĂ© d’un nationalisme extrĂŞme, Ă  un modèle civique et politique d’un Ă©litisme extrĂŞme qui valorise davantage les clans et provoque de l’intolĂ©rance et un manque d’ouverture entre les communautĂ©s d’une mĂŞme nation. L’histoire des peuples du Cameroun ou, surtout, le dĂ©sir de construire une histoire commune partageant les mĂŞmes valeurs constitue l’ingrĂ©dient de base de l’identitĂ© camerounaise sur lequel doivent s’appuyer les projets politiques, culturels et Ă©conomiques du Cameroun de demain, celui de l’après Biya.

Dans ce sens, le manuel d’histoire destinĂ© aux Ă©coles est essentiel car, avec les autres moyens d’Ă©ducation et d'(in)formation, il aidera Ă  bâtir la conscience identitaire et contribuera Ă  structurer la mĂ©moire des futurs citoyens camerounais. De plus, parallèlement Ă  la tentative de rĂ©affirmer le besoin politique de construire une identitĂ© commune dans le nouvel Ă©difice camerounais, devra surgir le dĂ©sir d’un travail de dĂ©mystification du passĂ©.


Il me semble qu’une attention particulière devra être accordée à la problématique de l’unité nationale qui a tant souffert sous les deux premiers régimes, notamment dans la manipulation de l’histoire, la censure politique et l’intervention du politique dans le domaine de l’enseignement. Il faudra aussi aider les camerounais à acquérir une culture nationale et l’école et les médias auront un rôle différent de celui qu’ils ont aujourd’hui. Nous serons ce que nous aurons fait de notre passé, comment allons-nous le gérer ?

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Ă€ LA UNE
Retour en haut