Culture › Musique

Cameroun: Solange B, une infirmière musicienne

En séjour au Cameroun, elle nous présente

Solange B comme.
Comme Bédiang, c’est mon nom de famille. Je suis originaire du Mbam, de Bafia.

Infirmière de profession, vous êtes actuellement au devant de la scène culturelle en tant que musicienne.
Oui, j’ai deux casquettes. Je ne me suis pas levée un matin pour dire, je veux faire de ma musique, non ! En partant du Cameroun pour la France, j’écoutais une certaine musique. C’est vrai que les ponts étaient coupés, je chantais le week-end avec mes amis pour passer le temps, par ce qu’il y a beaucoup de solitude et de fil en aiguille, j’ai pris goût jusqu’à ce qu’une autre camerounaise rencontrée par hasard me fasse écouter Kotto Bass. C’est comme ça que j’ai recommencé à réécouter le Makossa. Je me suis dis que s’il faut que je fasse un même truc, il faut que je commence par ma terre d’origine, je suis revenue au Cameroun. On m’a présenté Eriko, on a commencé à travailler ensemble jusqu’à ce qu’on mette l’album Reflet au point.

Présentez nous justement ce premier album.
Reflet est un album de 8 titres, dont un instrumental. Il parle essentiellement de l’amour. Dans le 8e titre, je parle de l’amour de mon pays, par ce que j’aimerais bien un jour, revenir au Cameroun. Le 6é titre est un zouk qui parle aussi d’amour, tout comme les autres titres.

Vous affirmez avoir quitté le Cameroun. Quand et pourquoi?
Je suis partie du Cameroun en 1993 pour la France, j’étais encore bien jeune. Je suis allée pour continuer mes études, c’est ça qui m’a fait partir en fait. Je suis arrivée là bas, j’ai continué normalement jusqu’à l’obtention de mon baccalauréat, puis j’ai arrêté et j’ai passé le concours d’infirmier. Ma carrière d’infirmière en région parisienne, se passe très bien, s’il y a au moins quelque chose de sûre, c’est ça. Je travaille au centre hospitalier de Puteaux en région parisienne. Vraiment, ça va, on a beaucoup de travail vu qu’il n’y a pas beaucoup d’infirmières. Dans l’hôpital dans lequel j’exerce, ça se passe bien, les collègues savent que je chante. Ils me titillent un peu avec ça, mais ça va. Je m’entends bien avec tout le monde au sein de l’hôpital. Mais je crois que je vais changer, par ce que j’ai envie de faire une autre spécialité, notamment la dialyse.

Que représente la musique pour vous?
Je considère la musique comme une thérapie, parce que dans la vie de tous les jours, je ne suis pas quelqu’un de très expressive. Ceux qui me connaissent avaient un peu de doute par ce qu’ils se demandaient comment je devrais faire pour danser devant les gens, parce qu’en fait, ce n’est pas trop dans ma nature. Donc, pour moi, c’est aussi une sorte de thérapie première, parce que si on veut s’occuper de la timidité, il faut affronter certaines choses. je travaille actuellement sur un palliatif. C’est très difficile de voir les gens mourir, je peux avoir 5 décès sur 7 malades, par ce que le service n’est pas grand. C’est très difficile et tous les jours, on se pose des questions, et quand on sort de là, on a envie de s’évader, de penser à autre chose, ce n’est pas parce qu’on est confronté à la mort qu’on va penser à la mort tout le temps.

Actuellement au Cameroun, quelle appréciation faites-vous des artistes féminines ?
Pour l’instant, je vois que les femmes ont quand même le vent en poupe, il n’y en a pas beaucoup, mais c’est très bien. Dans le milieu, dommage que la femme soit un peu chosifiée et c’est très difficile d’arriver au niveau par exemple de Lady Ponce, de Nono Flavie. Je trouve que c’est beaucoup de courage, et de persévérance aussi.

Qu’est que Solange B compte apporter comme plus au regard de l’offre féminine dans les bacs?
Comme touche nouvelle, un peu plus de glamour. Pour moi, j’aimerais aussi que la femme qui fait la chanson par ce qu’elle aimece qu’elle fait, qu’elle ne se serve pas de la chanson pour avoir les hommes par ce qu’elle veut arriver à quelque chose. Je pense que la femme, est aussi un être humain qui a un cerveau et elle ne doit pas penser qu’elle est inférieure à l’homme. NON ! On se respecte mutuellement, mais on a notre place.

Solange B, c ur à prendre ?
(Rires). Je ne suis pas mariée, mais j’ai deux enfants, une fille de 14 ans et un fils de 8 ans.

Solange B
journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut