Société › Kiosque

Cameroun: Sommaire du N°102 d’Emergence en kiosque

L’éditorial s’intéresse à l’opération Epervier, l’actu revient sur les nominations des recteurs et se demande où est passé Marafa Hamidou Yaya?

Dans l’éditorial du N°102 intitulé : «Opération Epervier : Que la justice soit la même pour tous », Magnus Biaga s’arrête sur certaines curiosités de l’opération Epervier. Les récentes délibérations du Conseil de Discipline budgétaire et financière du contrôle Supérieur de l’Etat ayant mis en débet à hauteur de plus de 60 millions, Jean Jacques Ndoudoumou et Jean Tabi Manga, ont déjà accouché du limogeage du recteur de l’Université de Yaoundé. Aussi l’éditorialiste s’interroge t-il : que font encore dehors ces gestionnaires indélicats,, alors que d’autres à la culpabilité non établie, croupissent dans les geôles de Kondengui et du Sed ? Un tel fait conforte l’idée qu’elle est bel et bien une opération à tête chercheuse. L’ACTU s’intéresse aux récentes nominations des recteurs à la tête de certaines universités d’Etat, notamment Yaoundé I, II, Douala et Buéa. Le limogeage des Pr Jean Tabi Manga et Bruno Bekolo Ebe, sonne comme la sanction de deux gestionnaires dont la gestion était de plus en plus décriée. Le journal rapporte également la signature de conventions de prêts entre l »Etat du Cameroun et quatre bailleurs de fonds pour la construction des infrastructures au Cameroun pour un montant global de 281 milliards. A cet effet, un prêt de 241 milliards de francs accordé par Eximbank China, vient financer les travaux de la 1ère phase de la construction de l’autoroute Yaoundé-Doualla. A lire en page 3.

En ECONOMIE, le journal revient sur le décret présidentiel signé en date du 19 juin dernier portant sur la définition des rôles entre l’Agence de régulation des marchés publics et le ministère des marchés, créé lors de la formation du gouvernement du 9 décembre dernier. La lecture qui en est faite montre que désormais, l’Armp perd bon nombre de ses prérogatives, qui sont désormais du ressort de son ministère de tutelle. A lire en page 4. EN POLITIQUE, dans un article intitulé « Opération Epervier : jusqu’où s’étend la liberté des juges ? » le journal interroge l’indépendance des juges engagés dans les procès de la lutte contre la corruption. Sur la base de témoignages de certains juges, le journal arrive à la conclusion que si dans le principe, les juges jouissent d’une indépendance consacrés par les textes, les pressions ne manquent pas toutefois. Une autre analyse intitulée « Marafa Hamidou Yaya : et si c’était sa mort politique ?», prend pour prétexte le « silence » de Marafa Hamidou Yaya depuis un mois parce que n’ayant pas publié de lettre ouverte au chef de l’Etat. Aussi la rédaction s’interroge t-elle : le pouvoir a-t-il réussi à le mettre sous l’éteignoir ? A lire absolument en Pp 5-7.

En SOCIETE, notre reporter rapporte les réalités quotidiennes vécues par les détenus de la prison centrale de Kondengui. Mauvaises conditions de détention, aliments infects servis aux détenus, pratiques de corruption et d’arnaque des gardiens. Autant de détails qui démontrent que la vie dans cette prison n’est pas loin d’être un enfer. Le journal se fait également l’écho de la tenue récemment à Kribi de la 4ème édition des journées de la Géotechnique, présidée par le ministre des Travaux publics. A lire en page 9. En SPORT, parle de la célébration à venir devant marquer les 60 ans de Roger Milla. Il en profite pour revenir sur les moments marquants de sa carrière sportive exceptionnelle. A lire en page 11.

Emergence N°102
Emergence)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé