Société › Kiosque

Cameroun: Sommaire du N°113 d’Emergence en kiosque

En Politique, votre journal révèle le bras de fer qui oppose Paul et Chantal Biya

« L’ingérence de l’occident et les avancées démocratiques en Afrique ». C’est le titre de l’Editorial que signe le directeur de publication Magnus Biaga. Pour lui, les man uvres occidentales au Cameroun, en Libye ou encore en Côte D’Ivoire ne visent aucunement à apporter la démocratie, mais sont sous-tendues par des calculs économiques. L’immixtion des occidentaux dans les affaires africaines est la raison pour laquelle la démocratie chez nous avance à petits pas. Et pourtant, c’est grâce à leur pression que certaines évolutions sont notables un peu partout dans le monde : tolérance et critique, présence d’une presse libre, respect des droits de l’homme et des libertés. Tout cela n’empêche pas qu’on soit critique envers les méthodes de certains pays occidentaux. A lire absolument en page 2.

En Politique, la question est posée : « Minatd : tremplin d’un futur président de la République ? ». En effet, Mbomo Njoya avait déclaré à l’un de ses proches : « Si Paul Biya veut faire d’Emmanuel Sadi son dauphin, qu’attend-il pour le nommer Minatd ? ». Or, Sadi est le désormais Minatd et beaucoup voit plus que jamais en lui l’ombre du futur président. Du coup, Emergence fait une intrusion dans les entrailles de son ministère, afin de comprendre les pouvoirs, les prérogatives, les réseaux et les influences d’un Minatd. Est-ce réellement le gîte d’un futur président ? A lire absolument en pages 6, 7 et 8. En Politique toujours, votre journal révèle le bras de fer qui oppose Paul et Chantal Biya. Ce qui est sûr, « les têtes vont tomber ». La nomination de nouveaux secrétaires généraux au sein de certains ministères constitue les prémices d’un remaniement imminent. En effet, la première n’a accepté de regagner le bercail que parce que le président lui a fait certaines concessions, dont la promesse de virer certains ministres. A lire absolument en page 4.

En Société, Emergence s’appesantit sur la récente fermeture de 800 écoles. La période choisie par le ministère de l’éducation de base pour mettre sous scellés ces établissements scolaires apparaît comme un chantage à l’endroit des promoteurs privés. A lire en pages 8 et 9. Retrouvez aussi la Chronique politique de Patrice Nganang sur l’ « Exemplaire Addec ». A lire en page 9.

Emergence en kiosque
Emergence)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé