Société › Kiosque

Cameroun: Sommaire du N°138 d’Emergence en kiosque

En politique, votre journal se penche sur la politique de non-ingérence mise en avant par la diplomatie camerounaise et l’invité de la semaine est le Dr Mbarga Abéga

Dans l’Editorial que signe le directeur de publication Magnus Biaga, il est expliqué « Pourquoi Paris ne veut plus de Paul Biya ». Il est plus qu’évident que le président Biya n’est plus le bienvenu à Paris. Aux naïfs, la France fait croire que le défaut d’alternance et le règne sans fin de Biya sont le véritable problème. La colère de Paris sur Paul Biya naît du fait que depuis quelques années, celui-ci refile systématiquement tous les gros contrats à la Chine. Toutefois, l’ouverture à l’Empire du Milieu peut s’avérer dangereuse. François Bozizé par exemple en a payé le prix fort. La France veut absolument s’emparer des richesses de l’Afrique et fait tout pour parvenir à ses fins. Elle a tous les moyens pour déstabiliser le Cameroun. A lire absolument en page 2.

En Politique, votre journal se penche sur la politique de non-ingérence mise en avant par la diplomatie camerounaise : « Ce que le Cameroun perd ». En effet, dans un monde en perpétuelles mutations, où chacun se bat pour se tailler une zone d’influence, dans un monde où les intérêts gouvernent, mais aussi dans un monde où les idéaux humanitaires imposent qu’on ne puisse pas regarder avec indifférence la maison de son voisin qui brûle, le Cameroun gagne-t-il toujours à s’accrocher au principe de non-ingérence ? Non, puisqu’il perd en visibilité, en présence et en influence. Mais Paul Biya s’accroche au principe de non-ingérence pour la préservation de son pouvoir personnel, comme l’expliquent les politologues Owona Nguini et Hans de Marie Heungoup. A lire absolument en pages 5, 6 et 7.

L’Invité de la semaine est le Dr Mbarga Abéga. Pour lui, « Personne ne connait le Cameroun en France, sauf, lorsqu’il s’agit des faits divers » Le journaliste politique, écrivain, spécialiste et modernisateur de la politique africaine de la France, s’exprime sur la politique extérieure du Cameroun. A lire en page 8. En Société, Emergence fait la part belle à « Ces églises pour qui l’hôpital ne compte pas ». Chaque année plusieurs personnes décèdent des suites de maladies dans des confessions religieuses qui estiment que les prières seules suffisent pour que la guérison soit recouvrée. Face au péril croissant, n’y a-t-il pas lieu de dire qu’il y a non-assistance à personne en danger de la part de ses pasteurs ? A lire en page 9.

Ne manquez pas la traditionnelle Chronique politique de Patrice Nganang, cette semaine sur « La censure c’est quoi même ? » A lire en page 9.

Emergence en kiosque

Emergence)/n

À LA UNE
Retour en haut