Politique › Judiciaire

Cameroun : soupçonné d’appartenir à la BAS, Wilfried Siewe passe deux ans en prison

Wilfried Siewé, libéré après deux ans

Interpellé en février 2019 avec son appareil photo contenant des images de certains édifices de la capitale et celles d’une manifestation de contestation qui s’était déroulée en Allemagne,  il l’avait été soupçonné d’appartenir à la Brigade anti-sardinards (BAS).

Le quotidien le Messager de ce jour annonce que Wilfried Siewe est libre depuis le 5 décembre 2020. Venu d’Allemagne avec sa femme et ses enfants, il avait été arrêté par les forces de sécurité en février 2019 au début de son congé au Cameroun.

«Profitant de la journée, il avait décidé de faire quelques photos pour immortaliser leur séjour au pays natal. Frappé par la splendeur de la Cathédrale de Yaoundé, la Poste centrale, le jeune touriste va également prendre des photos au Palais de justice. Mal lui en prend. Wilfried Siewe va être interpellé et sommé de remettre son appareil. L’homme s’exécute. En consultant l’appareil photo, les policiers découvrent des images d’une manifestation de contestation qui s’était déroulée en Allemagne et imputée à tort ou à raison à la Brigade anti-sardinards (BAS)», rappelle le  Messager.

L’ingénieur allemand d’origine camerounaise fera l’objet de plusieurs auditions avant d’être traduit devant le Tribunal militaire. Gardé à la prison  Kondengui, il est cité dans le cadre de la mutinerie survenue à la prison de Yaoundé-Kondengui, le 22 juillet 2019.

Sans être membre du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), il est mis dans le lot des bénéficiaires de l’arrêt des poursuites judiciaires contre certains responsables et militants du MRC.

Ce n’est donc que le samedi 5 décembre 2020 que Wilfried Siewe est  libéré après près de deux années de privation de liberté.


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé